Marocc : clin d'oeil à KHOURIBGA ville du phosphate

Publié le par FSC

Depuis le mois de mars Khouribga ,ville du phosphate au Maroc, connait des manifestations et actions de luttes de la jeunesse dans les établissements de l'éducation nationale universitaire pour réclamer la bourse et les conditions décentes d'études, et de la population dans les rues de la ville pour demander du travail. Ces luttes ont vite tourné à l'affrontement avec les forces de l'ordre suite aux provocations de celles ci aux manifestants. Les arrestations se comptent par dizaines. Des jeunes en set in depuis des mois ont été maté dans le sang. les populations des quartiers de la ville ont été violenté et tabassé, y compris les femmes. D'une violence extreme, la police intervient pour arrêter dans les rangs de la population, manif ou pas. les arrestations sont de l'ordre de 39 personnes, 26 sont enfermés et seront presentés devant les tribunaux, selon les communiqués des syndicats et forces politiques de la ville qui semblent soutenir la population de cette ville riche du pays-le Maroc, dans ses luttes sociales. Les blessé(e)s sont innombrables. Ils/elles ne se présentent même pas à l'hôpital par peur d'être arrêté(e)s.
La réponse de l'état aux demandes urgentes de la population pour survivre au mieux est toujours la même. La répression, la terreur et la prison. La machine de l'état marocain use parfaitement de ces forces dites de l'ordre( l'ordre de qui et pour qui ?) pour établir sa terreur et servir ceux qui exploitent les richesses du peuple et maintenir leur domination, sans regarder du côté de ses engagements "trompe l'oeil" et ses bannières de droits de l'homme et j'en passe. En tout cas, l'État et ses machines ne se trompent pas d'adversaire et ennemi, ses coups sont apportés à toutes les couches et classes sociales qui réclament le moindre droit social. 
Si Khouribga ne fait pas exception, comme l'ont été d'autres villes et régions du pays, le M20F et ses militants sérieux(ses)n'ont point d'autres choix que de renforcer ces luttes et de rendre solide ses assises de base pour faire face à la terreur de l'état et sa répression mais aussi de générer et jaillir les forces d'autodéfense matérielles et morales et d'organisations de la population. Tous les mouvements et actions de lutte peuvent couler comme des ruisseaux pour former le fleuve du changement qui peut drainer les masses et changer le cours de l'Histoire. 
À suivre les événements au Maroc, ces deux dernières années, malgré le gage que la gauche traditionnel du processus démocratique, de collaboration avec le régime, malgré les moyens innombrables utilisés pour tromper l'opinion publique au plan national et international, l'isolement du régime est bien évident. Les masses laborieuses et populaires marocaines en sont conscientes et sont prêtes aux luttes et aux combats et elles le prouvent encore et encore. Les forces progressistes du changement radical n'ont pas encore gagné toute la confiance politique des masses. En cela tout un grand chantier à entreprendre de suite sans tarder. les masses populaires sont demandeuses et généreuses; elles ne méritent aucunement de déception. Soutenir c'est bien, mais insuffisant. 
je pense que les militant(e)s de la ville, sont d'une grande lucidité et d'une grande expérience pour accomplir les taches nécessaires de ce mouvement. je l'espère en tout cas. De khouribga, à Taza, à Ait Bouyache, à Fes, à Imider, à Ait Âmira, à Benimellal, à Rabat , à Casablanca et j'en passe, les vents soufflent. Le magma social provoque des irruptions. les failles entre le régime et le peuple sont profondes et irréparables.. Personne n'a droit de reculer et laisser les populations seules face à la machine de l'ÉTAT pour les broyer. Prenons notre sort en main. 
Moha OUKZIZ. France le 12 juin 12

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article