Message de solidarité avec PAME, la classe ouvrière en Grèce et tout le peuple grec

Publié le par FSC

logo PAME

logo-FSM.jpg

logo-FSC.jpg

 

Message de solidarité avec PAME, la classe ouvrière en Grèce et tout le peuple grec

Message de salutation à la grève générale de 48 heures le 19 et 20 octobre,2011

Travailleurs grecs,

Nous suivons la lutte du mouvement ouvrier classiste en Grèce. La lutte du PAME c'est une partie constitutive de notre lutte.

Nous exprimons notre solidarité avec la grève de 48 heures, dans cette bataille et lutte contre les mesures barbares qui sont mises en avant en Grèce, comme l'abolition des conventions collectives, des licenciements, abaissement des salaires et des pensions de retraite, la politique de taxe brutale, les privatisations, la commercialisation de l'éducation et de la santé. Des mesures pareilles sont mises an avant dans tous les pays de l'Europe et tout along de monde capitaliste. Ces mesures ne servent pas l'intérêt national mais les monopolies et les entreprises transnationals. Nous sommes d'accord avec votre estimation que tous ces mesures barbares sont appliquées pour abaisser encore plus le prix de force de travail et ainsi les travailleurs et les couches populaires remboursent encore une dette qui n'est pas été créée d'eux, mais des subventions, des exonerations d'impôts et des prêts aux entreprises grandes. Nous luttons dans notre pays comme le PAME lutte en Grèce afin de faire comprendre à chaque travailler, afin de faire claire au peuple, que la crise capitaliste n'est pas causée par la dette, mais parce que la richesse et les moyennes de production sont été concentrés aux peu de mains, parce que les monopolies sont devenus géants dans tous les secteurs.

La classe ouvrière et les peuples de nos pays maintenant arrivent aux mêmes conclusions; que ces mesures jamais-terminées qui généralisent la pauvreté et la misere, sont appliquées par tous les deux gouvernements neoliberales et social démocrates; que cette tendance c'est la même quand il y a un memorandum, Troïka, l'UE et le FMI mais comme s'il n'y a pas; que le chemin unique (soi-disant) proposé par l'UE ne assure pas les travailleurs et leurs droits, au contraire, partout le chemin capitaliste du développement conduit aux mesures barbares contre le peuple et aux nouveaux privileges en faveur du capital. Nous ne sommes pas dupes par la rivalité entre les gouvernements et entre les impérialistes. Ces rivalités ne s'occupent pas des intérêts de la classe ouvrière, mais au contraire s'intéressent auquel transnational coopération et business groupes va perdre le moin.

L'expérience de la Grèce et ailleurs rend clair que les forces de compromis du mouvement ouvrier qui suivent la CSI et la CES, promeuvent la collaboration de la classe et le consensus pour l'adoption des mesures anti-populaires.

Nous approuvons la ligne de votre lutte, que seulement la lutte ouvrière qui est massivement organisée du peuple peut prévenir, non seulement les mesures anti-populares, mais il peut de plus renverser le chemin capitaliste concernant le développement, qui  fournit seulement nouveaux avantages pour le capital et souffrance pour le peuple. Les actions de spontanées et individuelles ne donnent pas des solutions. Juste l'indignation et la colère ne donnent pas la solution. Nous avons besoin d'une lutte consciencieuse, organisée.

Nous exprimons notre support et solidarité avec la grève de 48 heures qui va arrêter la production et viderles lieux de travail. Nous sommes inspirés par les slogans de vos manifestations "la roue d'engrenage se tourne passans toi travailleur; tu peut sans des patrons”.

Militants du PAME,

Nous exprimons notre solidarité avec vous et nous soutenons les grèves de la classe ouvrière de la Grèce le 19-20 octobre, en luttant d'abord dans notre pays pour renforcer notre lutte de classe contre notre rival commun les monopolies et les transnationals cooperations.

Vive la lutte du peuple grec!

19 octobre, 2011

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P

La traduction (car j'espère que c'en est une) est incompréhensible par endroits. Les grecs comprendront-ils ?
Vive la Grèce debout!! Il nous faudrait aussi vous imiter...


Répondre