Mise au point de la CGT cheminote !

Publié le par FSC


Depuis deux jours les français assistent à une mise en scène insupportable alliant
coups tordus et désinformation.
Alors que la CFDT ne s’est impliquée dans aucune des actions et négociations
menées sur tout le territoire pour améliorer le service public et les conditions de
travail des cheminots dans le cadre du changement de service du 11
décembre prochain, voilà que sa branche autonome, la FGAAC, annonce un
préavis de grève pour les 4 prochains weekends.
Cette démarche arrange les directions de RFF et de la SNCF qui font ainsi oublier
les désagréments promis aux usagers. Elle sert le gouvernement qui pourra
promouvoir l’ouverture à la concurrence à l’issue des assises du ferroviaire. Elle
permet au leader de la « droite populaire », le Ministre des Transports Thierry
MARIANI de pouvoir proposer une loi pour durcir les conditions du droit de grève
dans les transports. C’est son ambition depuis la grève à Air France.
La ficelle est grosse, mais nombre de médias ont relayé cette information allant
jusqu’à prétendre que la CFDT, dernière organisation syndicale représentative à
la SNCF, serait la 1ère chez les conducteurs de train, alors qu’elle n’est que la
3ème.
Examinons le contexte, Mme NOTAT, ex 1ère dirigeante de la CFDT et directrice
d’une agence de notation, est désignée comme médiatrice par RFF et la SNCF
pour ce changement de service.
François CHEREQUE, qui insultait les cheminots en grève en avril 2010, est
étonnamment silencieux. Les propos de la Direction de la SNCF et de T. Mariani
sont très courtois et promettent des discussions pour sortir de ce conflit. Pourtant
Guillaume PEPY prétendait ne plus vouloir négocier sous la pression. L’attitude
de la direction de l’entreprise et du gouvernement avait été tout autrement
lorsque des cheminots avaient « posé le sac » suite à l’agression, à coups de
couteau, de l’un dès leurs! La Direction SNCF est moins prompte à débattre sur
l’équipement des trains agent seul et sur les moyens nécessaires à un service
public de qualité.
La Fédération CGT des Cheminots qui, depuis le mois de septembre se
bat pour obtenir des moyens humains, pour que ce changement de
service se passe le moins mal possible pour les usagers et les
cheminots, condamne ces méthodes qui visent à stigmatiser les agents
SNCF et à détruire l’image de l’entreprise publique.
La CFDT/FGAAC, cherche à obtenir des primes catégorielles pour les
conducteurs alors que cette organisation a signé un accord salarial à 0,4% pour
l’ensemble des cheminots !
La CFDT/FGAAC va au-delà du réformisme et de l’accompagnement du
libéralisme, cette organisation s’inscrit désormais dans une compromission
insupportable pour faciliter la casse de l’entreprise publique SNCF.
La CGT ne tombera pas dans ce piège grossier et gardera sa
démarche revendicative pour l’emploi, de vrais salaires, les
conditions de travail, la protection sociale et le service public.
Montreuil, le 04 décembre 2011 à 10 heures

Publié dans Luttes - actualités

Commenter cet article