Mobilisation retraites : Compte-rendu AG Nanterre du 5 octobre

Publié le par FSC

Hier à l' AG de Nanterre il y avait autour de 150 étudiants (pas mal pour le deuxième jour de rentrée).
Tonalité combative et mise en cause globale de la politique menée par le pouvoir.
En même temps les animateurs du mouvement (UNEF, divers mouvements politiques et inorganisés) développent argumentation sur les motifs particuliers de la jeunesse d'entrer dans la lutte. Quelques personnels IATOSS et enseignants également présents;

 

Appel à la grève a été décidé pour le 12 ainsi que le tour des amphis dans les prochains jours avec tenue de tables dans les halls pour élargir le mouvement sans écarter le blocage de la fac en fonction du rapport de forces.

 

La Plateforme votée exige le RETRAIT du projet ainsi que le retour sur l'ensemble des réformes engagées depuis 1993 (reprise de l'exigence de 37,5 annuités);
Reprise également la plateforme votée par Lyon 2 qui stipule :

"Nous affirmons les positions suivantes:

- Le retrait pur et simple de la réforme des retraites,

- Le retrait du plan d’austérité, et de toutes ses applications dans le domaine de la Sécurité Sociale, du chômage, de la réduction des acquis sociaux et démocratiques,

- Le rejet ABSOLU des lois et décrets racistes et sécuritaires (LOPPSI, CESEDA, BESSON) ainsi que des persécutions ethniques,"

 

L'UL CGT Nanterre était présente à l'AG et les liens se tissent au niveau de la ville entre syndicats de salariés (CGT en particulier), étudiants, lycéens (Lycée Joliot-Curie où une AG à 200 a eu lieu) et collectifs retraites mis en place sur la ville.

 

2 manifs sont prévues la semaine prochaine sur Nanterre : une lundi soir pour circuler dans les quartiers et mobiliser pour la grève et la manif du lendemain et une jeudi avec la visite programmée de Luc Chatel, ministre de l'EN devant inaugurer un nouveau collège, les enseignants dudit collège ayant votée la grève et l'occupation des locaux jusqu'à cette venue.

 

Voilà le point du terrain sur Nanterre.

 

Une combativité qui monte d'en bas et un fossé qui se creuse avec l'attentisme, la tiédeur et la mise en avant d'arguments de nature à freiner cette montée de la part des directions syndicales critiquées à de nombreuses reprises.

 

Correspondant Front Syndical de Classe

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article