Négociation d'assurance chômage Les artisans des « droits rechargeables » veulent sabrer dans les droits des chômeurs

Publié le par FSC

Négociation d'assurance chômage Les artisans des « droits rechargeables » veulent sabrer dans les droits des chômeurs
 



Voici comment se distribuent les rôles de cette mascarade de « négociation » :

Le patronat – et en premier lieu le MEDEF – a le rôle de la promotion des intérêts des gros patrons.
Sans surprise, ils feront tout pour éviter de taxer les emplois précaires, ceux qui coûtent le plus cher à l'assurance chômage (peu de cotisations pour des droits versés importants).
Le talent du patronat est de se décharger de toute responsabilité dans la crise actuelle.

Le gouvernement, pantin des gros patrons, a lui un rôle de « communicant ».Son principal objectif est de nous FAIRE CROIRE qu'il s'intéresse au sort des plus défavorisés.
C'est lui l'initiateur de l'ANI du 11 janvier 2013, et de la loi votée dans la foulée, véritable bombe à fragmentation contre les droits des travailleurs.

Les centrales syndicales CFDT et la CGC ont, eux, un rôle de « traîtres sociaux ».
Ces centrales signent des accords au rabais, comme l'ANI (accord national interprofessionnel) du 11 janvier 2013, avec le patronat.

Article 3 – Création de droits rechargeables à l’assurance-chômage – extrait : Les partenaires sociaux veilleront à ne pas aggraver ainsi le déséquilibre financier du régime d’assurance chômage...


Alors qu'un salarié privé d'emploi sur deux n'est pas indemnisé par Pôle emploi, les patrons,le gouvernement, la CFDT et la CGC ont donc déjà acté dans cet accord que les salariés privés d'emploi devaient être moins indemnisés : En effet, un « budget constant », alors que le chômage explose, veut dire que les privés d'emploi seront moins indemnisés.

Il est grand temps que nous prenions nous-mêmes 
les choses en main.

Une protection sociale correcte 
ne sera possible 
que si on défend nous-même
notre gagne pain. 

Salariés, chômeurs,
précaires, mêmes patrons,
même combat !

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article