Premier bilan du 16è congrès de la FSM

Publié le par FSC

ATHENES: 6-10 Avril

16e Congrès de la FSM

 

 

Préalable

 

« Nos » médias dominants ont, ces jours derniers, été très occupés à justifier pour « raisons humanitaires » et grand souci « des populations civiles » les interventions militaires et coloniales de l'Occident.

Notre adjudant-chef et par ailleurs président caracolant en tête de la Croisade.

Ils n'ont donc pratiquement rien laisser filtrer d'une rencontre syndicale internationale regroupant des travailleurs largement représentatifs des luttes qui se mènent sur les 5 continents *.

 

598 représentants et 213 observateurs (avec voix consultatives) ont ainsi participé à l'élection d'un nouveau Conseil Présidentiel (presidential council) de 40 membres et procédé à l'élection du secrétaire général, le grec Georges Mavrikos et du président, le syrien Muhammad Shaaban Azzouz

 

Et les 115 interventions (dont 3 émanant de la France) ont largement traité du panorama de la misère, des considérables reculs sociaux qui affectent aussi bien l'Amérique latine, l'Asie, le Moyen-Orient, l'Europe ... en conséquence de la crise systémique du capitalisme et de la volonté farouche des classes dirigeantes d'en faire porter exclusivement le poids sur les travailleurs et les peuples.

 

Diagnostic et résistances

 

Mais ces interventions ont aussi attesté de la lucidité et de la résistance des mêmes peuples qui se déploie et se renforce contre les multinationales et les états à leur service :

-         batailles pour les salaires et pour l'emploi partout avec des taux de chômage considérables comme en Tunisie (30%), Espagne (20,4), Grèce (18/19) ...

 

-         luttes contre les plans d'austérité non seulement pour refuser de payer la crise MAIS aussi pour le refus de la reconnaissance de la dette, au SUD comme au NORD

-         soutien aux droits des migrants

         - luttes pour les droits démocratiques et syndicaux et contre la          répression comme c'est le cas en Colombie où des dizaines de militants    et dirigeants ont été assassinés par les paramilitaires

 

         - luttes démocratiques et à contenu social, surgissement des peuples          en particulier en Tunisie et en Egypte

 

-         luttes pour la paix et contre les interventions étrangères au nom du droit d'ingérence à sens unique  etc etc **

Silence on fait semblant ...

 

Par ailleurs ce silence médiatique affecte également les directions confédérales, leurs organes d'informations et leurs sites.

C'est que toutes affiliées aux organisations européennes et internationales (Confédération Européenne des Syndicats en Europe et Confédération Syndicale Internationale) elles considèrent que ce qui se passe du côté de la FSM est inexistant ou marginal.

 

 

Petit et court retour sur le passé

 

Dans le contexte de la guerre froide (1945-1991/93), la FSM était identifiée comme se situant dans le camp des pays socialistes et de l'URSS.

 

Avec effondrement du mur de Berlin et l'effondrement de l'Union soviétique une période de fortes turbulences (c'est un euphémisme) a affecté la vie de cette organisation. Son existence même était de fait en jeu!

 

Et, par exemple c'est dans les années 95 que la direction de la CGT a décidé de quitter la FSM et de s'affilier à la CES et à la CSI.

 

C'était la période du triomphe sans conteste du « Monde libre », du capitalisme et de la « fin de l'histoire » d'où émergeait de manière hégémonique et exclusive les Etats-Unis.

 

C'était l'époque où les militants et dirigeants de la FSM qui n'avaient pas renoncé à changer le monde et entendaient rester fidèle mais aux principes de lutte de classes se faisaient insulter dans les couloirs de l'Organisation Iinternationale du Travail (OIT) à Genève.

 

Mais 2011 n'est plus 1993.

 

La prétention à l'hégémonie du monde occidental et des USA se heurte à l'émergence d'autres puissances.

Surtout la profonde, durable et terrible crise qui affecte le système a ruiné les prétentions du capitalisme à constituer la seule voie efficace et rationnelle de développement économique.

Au contraire tous les signes s'accumulent que poursuivre dans la voie du capitalisme financier et du capitalisme tout court, ne peut mener qu'à la misère, à la violence, au chaos, aux guerres dévastatrices et à la ruine de l'environnement et de la planète.

 

Ceux qui donc se taisent à présent sur la réalité de l'existence et des considérables progrès de la FSM, en particulier dans la période 2005 (congrès de La HAVANE)- 2011 portent tort au mouvement de résistance qui s'amorce internationalement.

 

Ils coupent les travailleurs et le peuple français du puissant courant de lutte qui ne se contente pas d'affronter les effets de la crise MAIS qui entend contester le système lui-même, sa logique prédatrice et ses intentions guerrières pour tenter de résoudre sa crise.

 

Incontestablement une nouvelle page du syndicalisme international et de la lutte mondiale des travailleurs s'ouvre.

Un syndicalisme réellement conscient des enjeux anthropologiques de notre époque où effectivement l'avenir de notre espèce se joue.

 

Il est de la responsabilité de tous les militants, quelle que soit leur appartenance de prendre conscience de cette réalité et que les orientations réformistes, de collaboration de classe, l'illusion d'un hypothétique « dialogue social » constituent des impasses mortifères.

 

                   Le Front Syndical de Classe

 

                   Les délégués du FSC au 16e congrès de la FSM ***

 

 

 

 

 

* Nous tenons cependant à remercier tous les sites alternatifs (Bellaciao, Le Grand Soir ... et les réseaux et blogs militants qui se sont fait l'écho des informations envoyées en direct d'Athènes en particulier par la délégation du Front Syndical de Classe

 

·          ** Pour des informations plus détaillées nous renvoyons aux sites :

 

http://www.frontsyndical-classe.org/

 

            http://www.wftucentral.org/?language=fr

 

·          *** Au cours du congrès, notre délégation a procédé à l' interview de plusieurs autres délégations dont nous transcrirons ultérieurement le contenu.

         Il s'agit :

-         d' Arthur CHELIOTTES AFL-CIO             (New-York)

-         Graciete CRUZ                                            (CGTP Portugal)

-         Swadesh Del ROY                                       (CITU Inde)

-         Hamdan HASSAN                                        (FENASOL Liban)

-         Francesco STACCIOLI                                (USB Italie)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ALAIN STEINBERG 01/09/2011 09:21


pourquoi ne pas consacrer un peu plus d energie a COORDONNER LES GREVES DANS TOUTE L EUROPE

cela nous semble une mesure pas chere et qui multiplierait par...27 l efficacite de celles ci
merci