Rencontre syndicale-samedi 24 octobre 2009 à Laval-53

Publié le par FSC

Aux camarades syndicalistes de Bretagne et des Pays de Loire qui refusent de subir la division syndicale et la collaboration avec le MEDEF et le Gouvernement SARKO

 

Site : www.frontsyndical-classe.org -

Courriel : frontsyndical.classe@laposte.net

 

RENCONTRE SYNDICALE,

Samedi 24 octobre de 14h30 à 18h à l’ANTIDOTE,

16, place saint TUGAL (face au Palais de Justice)

A LAVAL  (53000)

 

Chers (es) Camarades,


Le samedi 27 juin 2009 au cours d’une assemblée de militants CGT et FSU d’une vingtaine de départements, le FSC a été créé (Front Syndical de Classe). Cet événement est l’aboutissement d’une longue réflexion  et de rencontres que nous organisions pour débattre de cette question (déjà en 2006 une réunion se tenait à Laval avec des militants CGT, FSU et FO de 7 départements du Grand Ouest).


Depuis une vingtaine d’années de nombreux militants(tes) (notamment à la CGT et à la FSU) agissent dans leurs syndicats respectifs pour enrayer la dérive réformiste qui conduit naturellement à la collaboration de Classe. Face à la gravité de la situation sociale, économique et politique, nous nous devons d’agir pour imposer aux dirigeants des Confédérations des actions unitaires et pratiquer réellement le :

TOUS ENSEMBLE,  EN MEME TEMPS !


Le premier semestre 2009 a été démonstratif de la volonté de nombreux dirigeants de freiner les luttes unitaires. Le 29 janvier, nous étions plus d’un Million et demi dans la rue, le 19 mars, nous étions le double. Au lendemain de la manif du 1er mai, Bernard Thibault déclarait : « les salariés ont trop de difficultés pour leur demander de faire grève ». En pleine harmonie avec son compère CHEREQUE, c’est sur cette base du renoncement que les autre OS se sont ralliées. Pour le 13 juin, pas d’appel à la grève, simplement des rassemblements. Conclusion, cette journée se concrétisait par un véritable fiasco. Comme en 2003, il faut attendre le 7 octobre, pour voir un semblant d’action sous l’égide de la CSI pour le travail décent.


En 10 mois 4 journées d’actions, dont deux complètements inutiles, à ce rythme dans un quart de siècle le capitalisme sera encore en pleine forme.


La lutte est au quotidien partout en France. Les confédérations doivent pousser aux combats. Dans des centaines d’entreprises, les salariés agissent pour imposer leurs revendications, défendre le service public, l’emploi et combattre les licenciements. Parfois ils obtiennent des succès, souvent limités à l’amélioration des indemnités de licenciement. D’autre fois s’est la répression, par exemple à ERDF (EDF) Paris, plus de 200 Camarades traînés devant les tribunaux. Si les confédérations coordonnaient et impulsaient ces luttes, les salariés obtiendraient des avancées plus fortes et le gouvernement n’utiliserait pas la répression contre le militants.


L’appel unitaire adressé en 2008 aux Confédérations Nationales, signé par 4500 militants a rencontré un écho très important dans l’ouest (plusieurs centaines de signatures émanant de sensibilités très larges, CGT, FO, FSU, CFDT, UNSA, SUD). La rencontre du 24 octobre sera animée par Jacky OMER, retraité Cheminot et trésorier National de FSC, avec le concours de plusieurs militants de l’OUEST.


Dans l’attente de vous rencontrer nombreux le 24, recevez nos salutations syndicales.

 

Benoît FOUCAMBERT (FSU)                                                       Roger SYLVAIN (CGT)

Secrétaire du FSC                                                                             Président du FSC                  

 

 


Pour plus d’informations

 

Bretagne : Christiane Nennot, 02-96-82-11-50  -  P de Loire : Marcel Collet : 02-43-03-96-23

 


 

Ci-joint, un extrait du document sur la sécurité sociale et le texte d’Henri KRASUCKI sur la lutte des classes.

 


 

 

Un petit coup d’œil sur les statistiques de l’agence

Des organismes de notre secu (ACCOS)

 

Exonérations cotisations sociales                              Montant non reversé par l’Etat

     pour le patronat par l’Etat (nos impôts)                            à la Sécurité Sociale

 

1991 :   1,7 milliards d’€                                                                        0,9 milliards d’€

1992 :   1.9 milliards d’€                                                                        0,9 milliards d’€

1993 :   3,4 milliards d’€                                                                        1,4 milliards d’€

1994 :   4,7 milliards d’€                                                                        1,9 milliards d’€

1995 :   6,2 milliards d’€                                                                        1,9 milliards d’€

1996 :   9,9 milliards d’€                                                                        2,0 milliards d’€

1997 : 11.5 milliards d’€                                                                       2,0 milliards d’€

1998 : 11,0 milliards d’€                                                                       2,1 milliards d’€

1999 : 11,8 milliards d’€                                                                       2,4 milliards d’€

2000 : 15,7 milliards d’€                                                                       2,4 milliards d’€

2001 : 18,2 milliards d’€                                                                       2,3 milliards d’€

2002 : 19,4 milliards d’€                                                                       2,3 milliards d’€

2003 : 19,6 milliards d’€                                                                       2,2 milliards d’€

2004 : 20,1 milliards d’€                                                                       2,1 milliards d’€

2005 : 21,1 milliards d’€                                                                       2,1 milliards d’€

2006 : 23,9 milliards d’€                                                                       2,4 milliards d’€

2007 : 28,1 milliards d’€                                                                       2,7 milliards d’€  

------------------------                                                                                   ---------------------                                                              

          227, 2 milliards d’€ d’exonérations                                         34 milliards d’€

 


Ne pas oublier non plus que Philippe SEGUIN Président de la cour des comptes annonçait pour l’année 2003 le non reversement à la sécurité sociale par l’Etat de 20,1 milliards d’€ de taxes (sur l’alcool, le tabac, sur les industries polluantes, etc..) prévues par l’Assemblée nationale.

 

 

« Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l'unité, son motif le plus puissant. C'est pour la mener avec succès en rassemblant l'ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n'est pas une invention, c'est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu'elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l'exploitation et à l'écrasement. » H. Krazucki

 

         Front Syndical de Classe – 98, ave Victor Hugo 92100 Boulogne Billancourt

           Site : www.frontsyndical-classe.org - Courriel : frontsyndical.classe@laposte.net

Publié dans FSC

Commenter cet article