Roger Silvain, responsable CGT de Renault Billancourt nommément mis en cause sur le site de Jacques Tourtaux, met les points sur les i

Publié le par FSC

 

 

Au lendemain de 68 le rapport des forces était tel en faveur du mouvement ouvrier que tout ce que la bourgeoisie comptait comme forces et alliés n’eut d’autres solutions que de tenter de prendre sur le terrain syndical la CGT "par sa gauche." *

 

C’est ainsi que pour tenter de briser l'élan issu du puissant mouvement de grève et d’occupation de l’époque, sous la conduite de Sartre et de son journal "la cause du peuple"  accompagné d'intellectuels comme Clavel, Serge July, Kouchner, Geismar et d'autres, dont on connaît ensuite le brillant parcours révolutionnaire, le mouvement maoïste et sa branche armée furent l’outil de cette contre-offensive.

 

Renault Billancourt fut la cible privilégiée : plusieurs étudiants venant en particulier de Centrale, de Sciences Po, de Normal Sup etc se firent embaucher comme OS affectés sur les chaînes afin d’adhérer à la CGT et la déstabiliser en tentant de s’appuyer sur la masse des immigrés.

 

Une CGT qui continuait d'engranger des succès notamment avec un puissant mouvement des OS qui permis d'obtenir en 73 et 75 la satisfaction d’importantes revendications, notamment la reconnaissance professionnelle des OS, leur mensualisation, se traduisant par des augmentations de salaire appréciables et la possibilité de se soigner sans perte de salaire.

 

Le rôle confié aux « maos » de l’époque était de traîner les dirigeants CGT dans la boue et de les condamner régulièrement à mort.

Roger Silvain, secrétaire général du syndicat CGT était leur cible favorite comme en témoigne l’affiche de juin 1970 ci-dessous.

Dans la récente et absurde polémique ouverte par Jacques Tourtaux, ce que ne dit pas aujourd’hui le sieur Lacaze qui semble être revenu à ses premières amours, c’est qu’à l’époque il faisait partie de l'appareil de direction Mao où il avait d'importantes responsabilités.

Dans la région Nord-Pas-de-Calais, il était entre autres le médecin de l'orga et avait la charge de soigner la femme du premier dirigeant de la zone, dirigeant qui se révéla en fait être un flic infiltré lorsque les maos sombrèrent après le meurtre d'Overney, militant maoïste chez Renault ! Pauvre Jacques Lacaze !!!!  

 

Ce qu'il resta des ruines maos se retrouve ensuite dans Action directe.

Les maos se remanifestent depuis quelque temps : à l'occasion du quarantième anniversaire de la mort d'Overney, ils étaient quelques dizaines au père Lachaise. Leur premier mot d'ordre a été d’exiger que tous les camarades aujourd'hui présents dans des institutions bourgeoises démissionnent.

Ce que fit Lacaze en démissionnant de son mandat municipal de Liévin.

A présent il œuvre avec le dénommé Tourtaux,qui lui aussi semble se considérer depuis des années comme un inflexible révolutionnaire. En alimentant un site web qui se réduit de plus en plus à distribuer les bons et mauvais points.

Lui aussi se lance dans une opération contre le FSC dans le droit fil de la stratégie gauchiste de l'après 68.

Avec son ami Lacaze et quelques autres, leur mot d'ordre est simple : tenter de saper tous ceux qui véritablement sont engagés dans le combat contre le capital.

A l’instar de Doriot en son temps !

Mais le mouvement ouvrier est assez averti et ne se laissera pas endormir par les révolutionnaires du verbe !

Voilà Tourtaux, tu es démasqué et tu seras traité comme tu le mérites, par le mépris !

 

Roger Silvain

 

*Morgan Sportes a écrit un ouvrage "Ils ont tué Pierre Overney" (Grasset, Mars 2008 ) qui mérite lecture pour ceux qui veulent connaître les tenants et aboutissants de cette période 

Voir également  sur daily motion l’empoignade Sportes/Kouchner sur le noyautage des mouvements maos par les services :

http://www.dailymotion.com/video/xgoc8_morgan-sportes-vs-bernard-kouchner_news

 

 

6-juin-70-menaces-gauchiste-riposte-copie.jpg

Publié dans Luttes - actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Bonjour Camarades,<br /> <br /> Tout d’abord, je déplore que juste pour une histoire de lien non mis, sur le blog du FSC , les choses aient pris une telle tournure….<br /> Nos ennemis de classe doivent bien se marrer….<br /> Nous nous disons tous avoir des engagements pour la prise en compte de celles et ceux d’en bas, afin de permettre un vrai partage des richesses, et en ces temps, où malgré nos divergences, nos<br /> sensibilités, le « tous ensemble » dans la lutte est la seule solution…<br /> pour faire avancer nos idées, nos revendications, nos luttes, il est lamentable de s’insulter.<br /> <br /> La ligne prise par le FSC invitant à sortir Sarko, n’a pas été comprise, ni accepté par une minorité, qui, elle prônait l’abstention… Cela a déclenché une avalanche de critiques très virulentes<br /> mettant en cause plusieurs Camarades. De très graves insultes ont été lancées… je ne peux être d’accord que des camarades entre eux, se salissent, et mettent en cause le FSC …<br /> <br /> En ce qui me concerne, juste une petite mise au point, je fais partie de ceux et celles qui ont participé à la création des statuts du FSC … il serait bien que tout le monde les relise… ils<br /> sont clairs, nets, précis, de classe… et c’est en connaissance de cause, que les adhésions se font au FSC.<br /> Pour plus de clarté, et en toute franchise, il se trouve que j’ai adhéré au parti auquel je suis actuellement après mon adhésion au FSC…. Je suis comme beaucoup d’entre vous une ancienne du PCF….<br /> J’en ai de suite informé le FSC .. je n’avais rien à cacher et c’était de suite, jouer clarté…. Et bien, personne, ne m’a dit, Danielle, tu fais l’erreur de ta vie, viens au PRCF , ici<br /> nous acceptons que le PRCF etc….. ; je n’ai AUCUN problème ; et mieux, les adhérents (tes) que j’ai pu faire, n’appartiennent pas au PRCF , et n’ont sûrement pas envie d’y aller… le<br /> FSC, n’est pas un parti politique…. C’est une association regroupant des syndicalistes de différentes organisations syndicales qui veulent absolument que « la lutte de classe », soit un<br /> combat quotidien, contre le patronat.<br /> <br /> Que le FSC ait été mis en place par quelques camarades syndicalistes et adhérents au PRCF .. et alors, il est où le problème ?<br /> <br /> Suite à toutes ces vagues nauséabondes d’écrits, je crois que nous avons bien plus à faire.<br /> Et j’espère ne plus avoir à lire des insultes qui dépassent sûrement la pensée de ceux qui les écrivent.<br /> <br /> La tolérance fait partie de la lutte, et la résistance doit être dans les gênes des révolutionnaires, et pour cela, le « tous ensemble » est plus que jamais obligatoire, autrement nous<br /> n’avancerons JAMAIS <br /> <br /> GAUTIER Danielle
Répondre
G
Je ne suis pas en mesure de me prononcer sur ce qui est factuel concernant votre parcours.<br /> <br /> Je m’en tiens donc aux questions de fonds posées par votre intervention et celle de Jacques Tourtaux.<br /> <br /> En faisant une première remarque : Si nous nous sommes prononcé publiquement pour battre Sarkosy, (pour des raisons que nous avons motivé dans au moins 2 textes) à aucun moment nous n’avons<br /> prétendu détenir une quelconque vérité et suggéré, pensé ou dit que ceux qui ne partageaient pas ce positionnement devaient être voués aux gémonies.<br /> <br /> C’est l’inverse qui s’est passé puisque notre positionnement a été immédiatement qualifié comme une trahison, une désertion des principes de lutte de classes etc…<br /> <br /> Le FSC admet donc parfaitement qu'on pense différemment ; aucun problème là-dessus.<br /> <br /> Vous avez parfaitement le droit de penser que la voie que nous avons choisie est erronée.<br /> <br /> Mais assimiler l’effort pour regrouper les forces syndicales et à se donner pour objectif de reconquérir sur des bases de classe leurs organisations historiques à une tentative étroitement<br /> politique de s’ériger en avant-garde qui détient la vérité est complètement faux et procède en fait d’un procès d’intention. Politique celui là dans la mesure où il méconnaît les impératifs de<br /> l’action syndicale qui vise à rassembler les travailleurs sur la base de leurs intérêts en dépit de leurs divergences politiques, philosophiques ou de leur origine ethnique ou encore de leur<br /> tradition et pratique religieuse.<br /> <br /> Même si historiquement la création du FSC est liée à une initiative politique (le PRCF) elle ne saurait s’y ramener sauf à vouloir régler des comptes qui rabaissent le débat !<br /> <br /> <br /> <br /> Cette attaque nous l’avons donc perçu comme une entreprise de division sous couvert de débat de fonds à un moment où plus que jamais la profondeur de la crise et la situation politique implique un<br /> travail de rassemblement sur des bases résolument anti-capitalistes et anti-fascistes !<br /> <br /> Et nous accuser de trahir les intérêts des travailleurs et de les tromper c’est aussi insultant qu’évoquer Doriot. Ceci expliquant cela !<br /> <br /> Il arrive souvent que le débat entre militants déterminés prenne un tour polémique durci par les parcours personnels mais cela ne saurait nous détourner de l’orientation que nous nous sommes fixé<br /> et qui vise à garder le cap, non pas pour défendre frileusement la boutique mais pour contribuer à notre mesure aux changements de société auxquels la crise du système appelle plus que jamais !<br /> <br /> En conscience que si les travailleurs n’ont pas besoin de l’organisation guide, remède à tous leurs maux ils ont besoin d’organisation face à la puissance hyper-organisée de l’oligarchie<br /> dominante.<br /> <br /> Et on le voit bien avec le mouvement des Indignés en Espagne qui refusant tout contact avec les forces organisées –y compris lorsqu’elles mènent vraiment la lutte sur le terrain et se démarquent<br /> par exemple des syndicats réformistes- se condamnent finalement à l’impuissance !<br /> <br /> <br /> <br /> Gilbert Rodriguez<br /> <br /> Membre du FSC, non affilé au PRCF
Répondre
F
<br /> <br /> Et encore, certains de ces "bons camarades" qui appellent au débat affirment que le FSC "s'est pleinement investi pour le vote Mélenchon" alors qu'aucun texte ou prise de position ne va dans ce<br /> sens, sachant qu'au sein même du CA du FSC, différentes positions coexistaient d'ailleurs (le FSC n'étant pas un parti...).<br /> <br /> <br /> Ces "camarades" ne veulent pas du débat.<br /> <br /> <br /> Quant au fond, le FSC ne saurait que conseiller la lecture de Lénine ("le gauchisme, maladie infantile du communisme" ou Dimitrov qui reviennent sur la question des alliances, des soutiens<br /> politiques ou tactiques (les orga ouvrières soutenant en angleterre les réformistes à telle élection, comme la corde soutient le pendu) , de la question des fronts populaires et fronts ouvriers,<br /> de l'union contre le fascisme...<br /> <br /> <br /> Nous aurons l'occasion d'y revenir.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
L
Je suis très étonné de cet article. Les informations me concernant sont toutes fausses. Je n'ai jamais fait parti de la moindre direction de la gauche Prolétarienne, même si j'ai milité dans cette<br /> organisation, que j'ai quitté bien avant les évènements de Renault auxquels il est fait allusion. Et ceci précisément parce que je n'étais pas d'accord avec la façon de traiter les problèmes des<br /> syndicats d'une part des petits chefs d'autre part. J'ai passé ma thèse de médecine en 78 et me suis installé en septembre de cette année. J'ai eu à soigner différentes personnes et souvent de<br /> maladies graves comme des cancers. J'ai soigné effectivement bien après 78 l'épouse d'un ancien dirigent de la GP, comme j'ai soigné pas mal de monde. Mais entre 71 et 74 j'étais infirmier à<br /> l'hôpital de Roubaix. Je me suis donné la peine de réfléchir aux évènements de 68 et aussi à tous ce qui s'est passé dans les années 60 et 70. J'en parle librement. Veux t on me faire taire par la<br /> menace et la calomnie? Ce ne serait pas une bonne idée du tout. Il est indispensable de débattre très sérieusement de cette période, qui marque la fin des 30 glorieuse et l'entrée dans l'ère<br /> Tatcher Reagan et la fin de l'Union Soviétique. La calomnie et l'injure grave (Doriot) ne sont pas des arguments politiques. J'espère que le débat pourra se poursuivre avec tout les monde en dehors<br /> de ces méthodes.<br /> En ce qui concerne ma démission du Conseil Municipal de Liévin, il s'agit d'une démarche personnelle. J'ai lu depuis le bouquin de Jean Salem, le fils d'Henri Alleg, professeur de philo à la<br /> Sorbonne, qui anime un remarquable séminaire sur le marxisme. Ce livre: "Elections piège à cons? Que reste-t-il de la démocratie" m'a conforté dans mon point de vue sur les élections, ce qui n'a<br /> rien à voir avec le maoïsme français qui tente par ailleurs, il est vrai de survivre et avec qui je n'ai aucune relation politique., seulement historique. Ce mouvement a marqué notre histoire:<br /> c'est un fait.<br /> J'espère que le FSC, admettra qu'on penser différemment que lui et cessera de publier de pareils articles.<br /> <br /> <br /> Jacques Lacaze
Répondre