SOLIDAIRE AVEC JEF, NON AU LICENCIEMENT DE JEF

Publié le par FSC

 

 

APRES LES MENSONGES OFFICIELS,

PLACE AUX RAGOTS DES CANIVEAUX !!!

 

Les directions de l’UCF Ouest et de la DO IDF probablement en difficulté aujourd’hui par rapport à leur décision de licencier Jef, sur des faits qui relèvent plus du quotidien d’un agent technique clientèle, que d’un comportement fautif, voire délictuel, tentent de faire passer l’idée que derrière les faits défendus par la CGT dont entre autre le comportement citoyen de Jef, il y aurait « autre chose ».

Il y aurait une faute grave, elle serait d’ailleurs si grave qu’elle en deviendrait inavouable, puisque personne ne la connait et si elle existait, pourquoi ne pas l’avoir utilisée pour tenter de licencier Jef !!!

Pour licencier un salarié, il y a encore dans nos entreprises un statut avec des textes entre autre pour les mesures disciplinaires la PERS 846.

Ce document cadre les conditions d’applications des mesures disciplinaires ainsi que leurs échelles. Ainsi, les sanctions s’étalent de l’avertissement à la mise à la retraite d’office (le licenciement). Il est aussi rappeler que l’employeur ne peut pas sanctionner un salarié plus de 2 mois après avoir pris connaissance des faits fautifs. Ce dernier ayant d’ailleurs l’obligation de rédiger un rapport qui « …doit contenir un exposé détaillé des faits reprochés… » (extrait de la Pers 846 chap 2311).

Ainsi on ne peut pas sanctionner ou licencier un agent sur autre chose que les éléments considérés comme fautifs contenus dans ce document.

La notification de l’agent devant la commission de discipline, doit aussi contenir « …les motifs précis pour lesquels il est traduit devant la Commission Secondaire du Personnel… » (extrait de la Pers 846 chap 2312).

Parce que contrairement aux employeurs, nous n’avons rien à cacher et encore moins honte de défendre Jef face à cette injustice, nous vous joignons pour information, le texte intégral des faits reprochés à Jef.

 

 

 

 

« …Les faits reprochés à l’agent sont les suivants :

  • Suite à un contrôle hiérarchique réalisé le 16 septembre, vous n’avez pas réalisé des interventions programmées lors de votre tournée du 23 août 2011 ;

  • Suite à des contrôles hiérarchiques réalisés entre le 10 et 26 octobre 2011, vous n’avez pas réalisé les interventions programmées dans vos tournées des 6 juin, 16 juin, 30 juin, 7 juillet, 15 juillet, 18 juillet, 23 août et 29 août 2011 ;

  • Lors de certaines de ces tournées (16 juin, 7 juillet, 15 juillet et 29 août2011), vous n’avez pas réalisé les coupures gaz programmées ce qui aurait pu avoir comme conséquences graves la mise en danger de la vie d’autrui et l’atteinte à la sécurité des biens et des personnes ;

  • Vous avez volontairement dissimulé le fait que vous n’aviez pas réalisé ces tournées et que les gestes techniques demandés n’avaient pas été effectués ;

  • Il en résulte que vous n’avez pas exécuté les missions confiées dans le cadre de votre contrat de travail, portant ainsi également atteinte à l’image de marque de l’entreprise… »

Bilan exact des faits, journée du 23 août 2011 : 5 SMI non posés (selon la direction) sur une journée de coupures non paiement de 15 interventions.

Contrôle réalisé sur la période du 1erjuin au 31 août :

  • 5 SMI non posés (selon la direction),

  • 3 coupures d’électricité non réalisées (selon la direction),

  • 3 Mise Hors Service Gaz non réalisées (selon la direction) et

  • 5 Coupures Non Paiement Gaz non réalisées (selon la direction).

(Pour plus de détails lire le tract du 21 février 2012).

Sur la période du 1erjuin au 31 août 2011, Jef a réalisé 482 interventions. Sa hiérarchie et son employeur ont malgré toutes leurs « dextérités » trouvé que çà et rien d’autre.

 

Alors oui ! Le licenciement est inacceptable, car il repose sur le mensonge, il est injustecar les faits ne sont ni plus ni moins que les aléas techniques et humains liés au métier de technicien clientèle.

Pour ceux qui ne l’on pas encore fait, prenez le temps de signer la pétition et de la faire signer. Elle est aussi disponible en ligne sur le site fnme-cgt.fr.

Pour plus d’infos :

Syndicat CGT Energie Bagneux, tel : 01 49 86 02 36 fax : 01 47 35 07 89

email : cgt-egd-bagneux@erdf-grdf.fr ou sur le site fnme-cgt.fr

Bagneux, le lundi 05 mars 2012.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article