« SOUTIEN AUX VEUVES DE PECHINEY»

Publié le par FSC

 

« SOUTIEN AUX VEUVES DE PECHINEY»

 

LE PATRONAT N’ABANDONNE PAS LA LUTTE DES CLASSES !

LE COMBLE DE L’IGNOMINIE EST ATTEINT EN FAISANT APPEL D’UN JUGEMENT QUI RENDAIT JUSTICE A DES VEUVES SEPTUAGENAIRE ET OCTOGENAIRES !

Les sociétés RIO-TINTO ALCAN – ALUMINIUM PECHINEY et le Gie-GPC de MEDERIC MALAKOFF on fait appel du jugement rendu le 25 septembre par le conseil des prud’hommes de Pau concernant la réversion d’une « Retraite Maison » destinée à des veuves de salariés. Une pension de réversion qui injustement ne leur avait pas été attribuée au décès du conjoint, comme en à jugé le conseil des prud’hommes. Ce jugement en tous points remarquable par son argumentaire bien référencé rend justice à des personnes qui pour la plus part sont très âgées, malades et qui vivent sous le seuil de la pauvreté avec leurs pensions de réversion !

Peu importe pour ces gens là les conditions de vie et de santé de ces plaignantes, pour eux la lutte des classes passe avant toutes choses, surtout si elle peut s’agrémenter de profits financiers.

Nous avons eu la faiblesse de croire que cette engeance de patrons seraient  empreinte  d'un peu d'humanisme et qu'ils renonceraient à faire appel. Mais, ils viennent de nous remettre dans le droit chemin de nos certitudes.... Il ne faut rien attendre d’eux, même si cela doit leur couter les yeux de la tète, ils feront tout pour ne pas céder, c’est une question de principe plus qu’une question de droits. Espèrent-ils aussi que ces plaignantes puissent décéder entre-temps,  leur but serait alors de gagner du temps en vue d’une extinction de leurs droits ?

Dans un cas comme dans l’autre cet ignoble !

Après le black-out qu’ils ont imposé depuis novembre 2008 au syndicat CGT des retraités de cette unité de production fermée en 1992, en refusant de nous remettre les textes des accords et les listings des ayants droits, après plusieurs reports d’audiences à leur actif, après avoir tenté de nous faire croire qu’ils allaient traiter chaque dossier à l’amiable en vue de désamorcer notre vigilance, puis subitement de demander que toutes les plaignantes soient déboutées pour des causes de prescriptions illusoires,  en vue de nous contraindre à faire retarder l’audience du jugement, (ce en quoi ils ont échoué), le verdict est donc tombé le 25 septembre au terme de ces quatre années  !

Une fois de plus ils font le choix de l’affrontement.

En faisant appel de ce jugement, c’est la justice qui devra se prononcer une deuxième fois !

Nous avons décidé avec les veuves concernées et leurs représentants-es réunis-es le 29 novembre de relever le défit et de lancer un appel national au soutiens que méritent ces personnes âgées, qui au terme d’une vie de labeur et de privations n’entendent pas laisser aux générations montantes l’image d’un renoncement, mais qui entendent faire respecter un droit acquis de haute lutte par leurs conjoints, dans une usine ou des conditions de travail étaient désastreuses et souvent à l’origine du décès prématurés de leurs conjoints !

C’est sur cette base que nous avons décidé en commun d’aller jusqu’au bout de cette ignominieuse affaire. Non sans être conscients que : quatre année pour le jugement : plus une à deux années pour le jugement en appel, aux qu’elles il conviendra certainement d’ajouter deux ou trois années supplémentaires pour le jugement en cassation, c’est au total huit ou neuf années d’attente durant les qu’elles ces veuves ont peu de chances de demeurer en vie !

Nous avions convié les médias locaux :presse écrite, radios et télévision à une conférence de presse qui devait avoir lieu au terme de cette réunion.Nous avons vainement attendu ces médias, pas un seul ne s’est présenté à cette conférence de presse, c’est scandaleux !

Au service de qui sont-ils ?

S’agissant dans ce cas d’une « Retraite Maison » pour les ouvriers, nous serions curieux de voir s’il en est de même pour les « Retraites Chapeau » des cadres supérieurs de l’ex groupe PUK ! Curieux également de voir si ces médias seraient restez chez eux ?

Nous lançons un appel à la solidarité active en faveur de ces victimes :

Adressez vos message et motions de soutien à : « SOUTIEN AUX VEUVES PECHINEY » Union Locale CGT - Maison du pays de Lacq, Rue Gaston de Foix 64150 MOURENX

___________________________________________

Georges Ducasse : Ex secrétaire du syndicat CGT des retraités Pechiney Noguères.

Mandaté par l’Union Multi-professionnelle des Retraités-Préretraité et Veuves de l’UL-CGT de Mourenx

_______________________________________

 

Publié dans Luttes - actualités

Commenter cet article