Xavier Mathieu s'adresse aux Peugeot avec ses tripes!

Publié le par FSC

Xavier Mathieu

Interview sur Europe 1 le 14 juillet 2012

 

● le journaliste

 

Quand vous avez entendu cette semaine ce qui se passe à Aulnay, quand vous avez entendu ces interviews d’ouvriers extrêmement touchantes, on imagine que vous vous sentez très proche d’eux ?

 

● Xavier Mathieu

 

Ah, très proche, toujours la même envie de gerber, de toute façon tous ces licenciements, toutes les mêmes méthodes, les mêmes magouilles, les mêmes entourloupes depuis des années :

On fait baisser la production volontairement, on vous explique que l’usine marche mal, qu’il faut la fermer ; et quand j’entends votre interviewant, juste avant, le mec des « cellules de reclassement » ; ces mecs là c’est juste une bonne bande d’escrocs qui sont juste là pour ramasser du fric sur le dos des chômeurs.

Pôle emploi est largement capable de faire le métier.

Je vous le dis, nous un petit gars chez nous, ils ont ramassé 6 millions d’euros et ils n’ont reclassé environ qu’une centaine de personnes.

Il y a 600 personnes sur 1120 Conti qui sont à Pôle emploi ; ces mecs là c’est juste qu’une bande d’escrocs qui profitent de la situation.

Qu’on me parle pas des « cellules de reclassement » … c’est juste pour faire penser aux gens qu’ils vont leur trouver du travail, mais ils ne trouveront rien !

Ces gens là ils sont juste là pour faire du fric, c’est tout !

 

● le journaliste

 

Ça ne fonctionne pas ? ce système c’est des promesses en l’air, vous n’y croyez pas lorsque le groupe dit que chacun sera reclassé ?

 

● Xavier Mathieu

 

Ben oui, Varin il a dit exactement la même phrase que le grand directeur de Continental : « aucun ouvrier ne restera sur le carreau ».

 

Il y a  600 ouvriers de chez Continental à Pôle emploi aujourd’hui ; il y a des tentatives de suicide, des suicides, il y a des gens qui sont addicts à l’alcool, à la drogue, aux médicaments, des divorces …

C’est une catastrophe au plan social !

Moi j’aimerais bien qu’une bonne fois pour toutes les dirigeants et les patrons de chez Peugeot, qu’on nationalise cette entreprise et qu’on leur confisque leurs biens ; parce que de toute façon toute cette famille, ils sont tous barrés je ne sais où dans les paradis fiscaux, ils payent pas d’impôts en France !

Alors il est temps qu’un jour les entreprises françaises, les entreprises, qu’on en refasse des lieux de biens publics et plus des objets de spéculation ! Ils ont tout aujourd’hui !

 

● le journaliste

 

Xavier Mathieu, qu’est-ce que vous conseillez aujourd’hui à ces ouvriers ? On a le sentiment qu’ils sont assommés, qu’ils ne savent pas quoi faire aujourd’hui ; il faut qu’ils se battent, qu’ils montent des barricades, il faut qu’ils prennent le maximum d’indemnités ?

 

● Xavier Mathieu

 

NON ! Il faut qu’ils fassent la guerre ! Parce que c’est la guerre là !

Il faut que ça devienne des combattants ; ils sont 3000 ; à 3000 ils peuvent foutre le bordel ; à 3000 ils peuvent tout bloquer…

On annonce 40.000 licenciements… mais ces 40.000 là il faut qu’ils se mettent ensemble et qu’ils fassent la guerre ; C’est  leurs maisons et leurs familles, c’est leur vie qui est en jeu, c’est leur bouffe à la fin du mois !

Y en a marre !

Franchement il faut je sais pas moi, je suis complètement révolté. Ça fait 4 ans que j’ ai pas de travail ; on s’est battu comme des chiens !

Il faut que ces gens là sachent, tous les ouvriers de chez Peugeot, sachez une chose, tous les gens autour de vous vont essayer de vous diviser ; restez groupés, Tous ensemble !

A 3000 vous pouvez leur faire la guerre, vous pouvez gagner, vous pouvez empêcher cette boîte de fermer ; parce que cette boîte elle a aucune raison de fermer !

Vous savez on vous annonce que l’usine elle va mal ; pourquoi, pourquoi ? mais avec quel fric Peugeot construit des usines à l’étranger, avec quel argent ? De la sueur des travailleurs de Peugeot Citroën !

A Aulnay c’est ces gens là qui ont avalé tous les bénéfices !

C’est les ouvriers, c’est les ouvriers de chez Peugeot qui ont enrichi la famille Peugeot !

Donc la famille Peugeot elle doit maintenir le site à Citroën Aulnay !

Point, ou alors ça va être la guerre !

 

 

● le journaliste

 

On a bien compris, merci beaucoup !

Commenter cet article