1999 : les conditions de l'adhésion de la CGT à la CES

Publié le par FSC

A l'occasion du congrès de la CES en cette fin septembre à Paris, il apparaît utile de rappeler dans quelles conditions la CGT a adhéré à la CES à la fin des années 90.

Du plein gré de l'ensemble des militants?

Dans le but de changer la CES elle-même?

Sans faire allégeance à l'organistion européenne issue de la guerre froide?

Le texte ci-après qui constitue un passage du document

"Que s'est-il passé dans la CGT il y a 20 ans? "

revient sur cette époque, non pour ressasser le passé mais parce les déterminants qui ont conduit à ce choix continuent de peser sur notre présent et sur l'activité et les orientations de "La Grande dame".

Ci-après les deux premières pages du texte sur les conditions de l'adhésion à la CES et en document joint le texte lui-même et le document complet.

 

Extrait, la conclusion du texte :

"On peut donc considérer que deux lignes se sont effectivement affrontées à la direction de la CGT, dans un climat de confusion cependant. Aucune opposition ouverte ne s'est manifestée pour contrer le départ de la FSM. Cependant, dans le cadre de cette acceptation, existait une voie possible de rassemblement et de convergence auplan international sur une base de classe sans aucune exclusive.

Et c'est sans doute cette voie qu'Alphonse Véronèse et Jean-Pierre Page ont tenté d'explorer et de faire vivre comme avec cette « Table ronde du Caire », mais c'était sans compter sur lesoukases de la CES et de la CSI.

Dans le camp victorieux de la guerre froide, ils entendaient pousser jusqu'au bout l'avantage et prétendre à la représentation exclusive des travailleurs dans l'accompagnement du capitalisme triomphant. Si un temps Louis Viannet a laissé faire, c'est qu'il devait tenir compte des résistances internes à la CGT et ne pas brusquer les choses, comme il l'a avoué à plusieurs reprises. Avec la conviction et la volonté dès le départ de faire prévaloir le choix sur toute autre considération d'entrer dans la CES et, par conséquent, d'accepter ses conditions quoi qu'il en coûte. Et c'est bien ce qui s'est passé !

Cette orientation persistant jusqu'en 1998, faisant par exemple coexister dans la presse de la CGT des articles aux orientations contradictoires, cycle clôturé au 46 ème congrès par l'exclusion de Jean-Pierre Page de la Commission exécutive sans doute sur injonction de la CES et de la CFDT. Une autre page de l'histoire de la CGT s'ouvrait, celle de son intégration dans le monde euro-formaté."

 

1999 : les conditions de l'adhésion de la CGT à la CES
1999 : les conditions de l'adhésion de la CGT à la CES
1999 : les conditions de l'adhésion de la CGT à la CES
1999 : les conditions de l'adhésion de la CGT à la CES
1999 : les conditions de l'adhésion de la CGT à la CES

Document : "Que s'est-il passé dans la CGT il y a 20 ans?"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article