Laurent Berger dans son rôle : un jaune!

Publié le par FSC

Laurent Berger dans son rôle : un jaune!

Comme les réactionnaires, Laurent Berger cherche d'autres raisons à la mobilisation, à son ancrage et à sa durée.

Pour faire oublier son contenu de mise en cause des droits et garanties des salariés, il invoque les "compensations" soit-disant obtenues après la première mouture étant comme d'habitude le sucre d'orge destiné à faire avaler l'amère potion.

C'est le fameux "donnant-donnant" qui enterine à chaque fois la remise en cause de conquis de plusieurs décennies de lutte!

Nous l'avons dit à propos des réformes des retraites adoubées par la CFDT en 1995, 2003 ... ces contre-réformes soit-disant équilibrées (dixit Nicole Notat, Jacques Chérèque) se sont soldées au final par un recul important des pensions.

Voir notre article précédent : "OUI Laurent berger trahit les travailleurs!"

http://www.frontsyndical-classe.org/2016/05/oui-laurent-berger-trahit-les-travailleurs.html

Sans parler des autres agressions sociales dont ils se sont rendus complices : ANI ...

Et ils continuent de prétendre qu'ils sont les représentants d'un syndicalisme efficace.

Efficace pour les pouvoirs de droite et de "gauche", pour l'Union européenne, pour le MEDEF c'est sûr que la CFDT est efficace et va bénéficier de tous ces soutiens pour s'efforce de devenir la première organisation de notre pays!

 

 

_____________________________

Source : l'Express

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, déplore les "postures" et le "jeu de rôles" du gouvernement et de la CGT dans les négociations sur le projet de loi Travail.

 

Dans une interview au Journal du Dimanche, le secrétaire général de la CFDT critique notamment les blocages imposés par la CGT et la méthode du gouvernement pour présenter le projet de loi Travail.

"Postures", "jeu de rôles"... A quelques jours d'une manifestation nationale contre le projet de loi Travail, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger s'en prend fortement au gouvernement et à la CGT, dans une interview au Journal du Dimanche.  

"Nous assistons à un jeu de rôle où chacun prétend montrer ses muscles. Il y a, d'un côté, un gouvernement en difficulté et, de l'autre, une organisation syndicale qui a voulu refaire son unité. Voilà peut-être l'explication" du conflit qui dure depuis plusieurs mois maintenant, critique ainsi Laurent Berger.  

Alors que la CFDT a accepté de négocier avec le gouvernement pour modifier le texte, son secrétaire général se montre très critique envers les actions des militants de la CGT notamment. "Je constate que les blocages viennent de salariés et d'agents qui ne sont pas concernés par le projet de loi. Il ne faut pas non plus accepter la dérive des mouvements d'extrême gauche qui saccagent les locaux de la CFDT ou insultent des salariés", poursuit-il.

"Le premier projet du gouvernement était inacceptable"

Laurent Berger s'en prend également à l'exécutif dont la méthode pour amener le projet de loi Travail "fut très mauvaise, elle n'a pas permis de donner le sens du projet. (...) Le premier projet du gouvernement était inacceptable, il a été vécu comme punitif. Ce ressenti très négatif a perduré alors que le texte a largement évolué en faveur des salariés, grâce à notre action." 

Le secrétaire général de la CFDT est également revenu sur le blocage des quotidiens par la CGT-Livres, en mai: "Il faut faire attention, poser les limites, on ne peut pas tout tolérer. Si un mouvement d'extrême droite avait empêché la parution des journaux, nous aurions été un million dans la rue à défiler contre le fascisme."

 

 

Commenter cet article