Pour Alstom et l'avenir du ferroviaire le 27 septembre dans la région parisienne aussi!

Publié le par FSC

Les salariés d'Alstom se mobilisent sur le site de Belfort contre la fermeture du site et la politique complice des dirigeants de l'entreprise et du gouvernement socialiste (malgré la mise en scène médiatique).

La résistance et la contre-offesive s'organise aussi plus largement comme en témoigne l'appel ci-après des organisations de la CGT en vue d'une action devant le siège d'Alstom à Saint-Ouen le 27 septembre prochain.

CEPENDANT ledit texte indique :

"Concernant les dirigeants des entreprises publiques SNCF et RATP, ces derniers se cachent derrière l’obligation d’appel d’offre européen pour attribuer des marchés à desentreprises espagnoles ou allemandes soi-disant plus performantes. Ils omettent de dire que ces appels d’offre peuvent contenir des critères qualitatifs, sociaux et environnementaux qui permettraient de garantir la production en France. Les USA imposent bien à ALSTOM de fabriquer les TGV sur leur territoire. La Suisse exige que les commandes passées à ALSTOM soient produites à Belfort pour en garantir la qualité.
Les prétextes évoqués par les Présidents de la SNCF et de la RATP ne tiennent pas."

SANS RIEN DIRE du rôle des traités européens qui précisément interdisent tout soutien à la production nationale et à la mise en oeuvre d'une politique industrielle NATIONALE et interdisent les NATIONALISATIONS afin de préserver les intérêts privés de l'oligarchie et leurs profits.

 

C'est dans les articles que nous avons déjà publié Jacques Nikonoff qui rappelle :

"les règles des appels d’offre imposées par Bruxelles interdisent de protéger les productions nationales sous prétexte du respect de la concurrence. Ainsi, toute entreprise enregistrée dans l'UE a le droit de participer à des marchés publics dans d'autres États membres. Pour tous les appels d'offres, les autorités publiques ne peuvent pas exercer de discrimination à l'encontre d'une entreprise au motif qu'elle est établie dans un autre pays de l'UE. Deux directives européennes du 26 février 2014 durcissent les règles de la commande publique : d’une part, la directive 2014/24/UE sur la   passation   des marchés   publics, qui remplace la directive 2004/18/CE ; d’autre part, la directive 2014/23/UE sur l’attribution de contrats de concession. Ces textes devaient être transposés en droit français au plus tard le 18 avril 2016 (en septembre 2018 pour la soumission des offres par voie électronique). "

Hollande et ses ministres (Montebourg et Macron en particulier) ont donc honteusement accepté la transposition de cette directive, comme la majorité des députés à l’Assemblée nationale.

 

Il faut être cohérent :

On exige une véritable politique d'industrialisation, de défense des emplois industriels? SOIT!

ALORS il faut mettre en cause l'Union européenne et les traités scélérats qui visent à priver les peuples d'Europe de toute intervention dans les choix politiques et économiques et à livrer les travailleurs sans défense face aux diktats des multinationales!

Il faut en finir avec l'illusion de l'Europe sociale!

NON l'Union européenne n'est pas protectrice!

OUI elle est l'instrument institutionnel du capital dans l'espace européen!

OUI notre appartenance à la CES est un obstacle majeur à la construction d'une orientation cohérente et indépendante face aux choix de désindustrialisation de l'oligarchie!

Et il en va de même pour la loi El Khomri qui est constitue une exigence de l'Union européenne traduite dans des directives que les gouvernements vassaux de droite ou socialiste s'empressent d'imposer à leur propre peuple!

 

Pour Alstom et l'avenir du ferroviaire le 27 septembre dans la région parisienne aussi!

Commenter cet article