Qu'est-ce-que la CGT va foutre à l'Elysée avec Laurent Berger et la CES ?

Publié le par FSC

Au moment même où le pouvoir macronien s'apprête à mettre en pièce le code du travail au service du MEDEF et de l'Union européenne, que signifie cette mascarade de rencontre à l'Elysée sur initiative de la Confédération européenne des syndicats (CES) ?

Ça peut-être quoi la convergence avec Macron sur le "socle européen des droits sociaux" quand partout dans l'Union européenne, les politiques d'austérité, la remise en cause de la dépense publique et des services publics, la mise en concurrence des travailleurs et des peuples sont les règles de référence pour l'oligarchie ?

Et quand Macron lui-même se fait le champion toutes catégories de la dérégulation, de la déréglementation au seul profit du MEDEF?

Et les organisations syndicales, la CGT doivent-elles donner le sentiment qu'elles approuvent par leur passivité à l'égard de l'UE, l'absence de lien établi entre les contre-réformes et les injonctions européennes, qu'elles approuvent la fuite en avant dans l'intégration européenne préconisée par Macron ?

Encore plus d'Europe pour toujours plus de remise en cause des conquis sociaux?

Comme en Grèce ?

Et c'est en donnant le sentiment de s'intégrer dans cette Europe que l'on va mettre fin au dumping social et  à l'ouverture à la concurrence pour démolir les services publics (Ecole, transport ferroviaire, Electricité, gaz ...) ?

Ce dont le mouvement social a besoin c'est de clarté sur les politiques menées par l'Union européenne et de se mobiliser puissamment sans aucune espèce d'illusion sur ces rencontres elyséennes

Ce n'est pas de rencontres à L'Elysée que dépend le sort des revendications et le blocage des contre-réformes mais de la puissance de l'intervention des travailleurs !

__________________

SOURCE : Le site de la CFDT

Luca Visentini, le secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats a été reçu à l’Elysée le 21 juillet en compagnie des cinq secrétaires généraux de ses affiliées françaises : CFDT, CGT, FO, CFTC et Unsa. 

 

 

Commenter cet article