Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Taxation de classe : le kérosène des riches exonéré !

Publié le par FSC

Matraquage fiscal du bon peuple d'un côté, exonération des plus riches de l'autre voilà la réalité de la transition écologique!

La préservation des intérêts des couches les plus riches trouvant par exemple son expression avec l'existence de l'aéroport d'affaires du Bourget préservé lui aussi de toute taxation !

Face à la situation actuelle Laurent BERGER en pompier de service propose une sorte d'accompagnement social de cette transition et à « un pacte social de la conversion écologique » avec les organisations syndicales et patronales mais aussi avec les associations.

Il faudrait seulement transformer les organisations syndicales qualifiées  pour la circonstance de "corps intermédiaires" en instrument de la "paix sociale" sans bien sûr remettre en cause la politique macronienne qui pourtant vise directement les couches populaires, les salariés, le monde du travail.

L'argument d'un mouvement piloté ou instrumentalisé par l'extrême droite sert à justifier un ralliement honteux au pouvoir.

Comme au moment de la présidentielle.

Sans que la preuve de ce pilotage puisse être faite, cet argument par ailleurs étant de nature à favoriser cette emprise.

Puisqu'il place le F_haine en position privilégiée de vecteur politique de l'actuelle contestation populaire!

Forcément composite et confus ce mouvement n'en exprime pas moins une opposition à l'injustice foncière de la politique du pouvoir.

Et il ne tient qu'à un mouvement syndical authentique dans la foulée de la lutte des cheminots, des batailles d'entreprises contre les fermetures et les licenciements, de la résistance au saccage du code du travail, des luttes dans les hôpitaux... de lui proposer une orientation de classe.

En rupture par conséquent avec le brouillage frontiste du bouc émissaire étranger qui précisément à vocation à préserver les intérêts et la responsabilité des capitalistes!

CONTRE une fiscalité de classe forcément injuste, CONTRE la casse des services publics et de santé qui organise la désertification rurale et des périphéries.

Pompier de l'incendie social qui pointe OU utile outil d'un rassemblement populaire à orientation anti-capitaliste voilà le choix incontournable que la situation nous impose !

Et laissons donc à Laurent Berger et à la CFDT le minable rôle de paravent, d'amortisseur de la légitime colère de ceux d'en bas! 

*******************

SOURCE : Ouest France de Janvier 2018

Les automobilistes paient des taxes sur les carburants. La SNCF paie des taxes sur l’électricité. Les compagnies aériennes, elles, profitent d’une niche fiscale. Pas de taxe sur le kérosène ni de TVA sur les billets internationaux ! C’est pourtant le transport aérien qui pollue le plus.

 

Alors que les automobilistes viennent d’encaisser une hausse des prix à la pompe, en partie liée à la hausse de la fiscalité, l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes braque les projecteurs vers le transport aérien. Or l’aviation civile jouit d’un statut fiscal très avantageux, puisque le kérosène est le seul carburant issu du pétrole exonéré de taxes...

40 fois plus polluant que le TGV

Le transport aérien est pourtant davantage polluant. L’empreinte carbone d’un vol en avion est de 145 grammes de CO2 par passager contre 100 grammes environ pour le transport en voiture. C’est 40 fois plus que le transport par TGV. Paradoxalement, la pollution des vols internationaux n’est pas imputée aux États dans les accords internationaux sur le climat comme le protocole de Kyoto. L’aviation est réputée contribuer à 3 % des émissions globales des gaz à effet de serre, mais le Giec (Groupe intergouvernemental pour l’étude du climat) estime qu’en réalité sa part est deux à quatre fois plus importante.

...

3 milliards d’euros en jeu pour la France

La taxation des vols intérieurs en France permettrait pourtant de recueillir quelque 500 millions d’euros. Le manque à gagner se monte à 3 milliards d’euros si l’on prend en compte tous les vols au départ et à l’arrivée sur le territoire français. Dit autrement, chaque foyer fiscal donne 80 € pour le transport aérien. Une niche fiscale qui profite avant tout aux 20 % les plus aisés puisque les trois quarts des places dans les avions sont utilisées par les 20 % les plus riches, selon le RAC.

Une manne qui pourrait servir au ferroviaire

Ce réseau qui fédère une vingtaine d’associations dont le WWF, Greenpeace, les Amis de la terre, Oxfam…, milite pour que le gouvernement français taxe les vols intérieurs. « La Convention de Chicago n’interdit pas la taxation des vols domestiques, relève Lorelei Limousin, responsable des politiques de transport au sein du Réseau Action climat (RAC) France. Les vols intérieurs représentent 20 % du trafic en France. Cela permettrait d’orienter les utilisateurs vers des moyens de transport plus écologique. Il faudrait utiliser les ressources générées pour enrichir l’offre ferroviaire, notamment les longues distances comme celles desservies par les trains Intercités que le gouvernement a plutôt tendance à réduire. »

********************

AEROPORT du BOURGET

Situé à treize kilomètres au nord-est de Paris, l'aéroport Paris Bourget  le premier aéroport parisien – est depuis 1981, consacré à l'aviation d'affaires. L'aéroport du Bourget est ouvert 24h/24 tous les jours, il accueille tous les types d'avions du jet privé jusqu'aux avions commerciaux et les hélicoptères. L'aéroport est situé seulement à 7.5 km de celui de Roissy Charles de Gaulle.

 

D'une superficie de 553 hectares, la plateforme du Bourget comprend trois pistes de tailles différentes (3200 m, 2600 m et 1800 m) et sa propre tour de contrôle. Environ 150 vols d'affaires par jour, une quarantaine de douaniers, une base de pompiers présents 24h/24 et prêts à intervenir en 4 min, et le personnel de régulation et gestion des pistes. Il accueille environ 130 000 passagers par an et figure parmi les premiers en matière d'aviation d'affaires. Les décollages des avions à réaction, les aéronefs de plus 5,7 Tonnes sont interdits de nuit entre 22h15 et 06h.

L'aéroport du Bourget sert aux avions et hélicoptères dans un service dédié à l’aviation d’affaires ou, plus rarement, des particuliers : avion "taxi", avion propriété de sociétés, jets privés de toutes tailles (petit Cessna, A 320, A 340, Boeing 737...). Les voyageurs qui atterrissent sur la plateforme du Bourget arrivent en peu de temps sur les différents parcs des expositions, centres d'affaires sur Paris, rendez-vous d'affaires ou de loisirs sur la région Ile-de-France, Paris, etc.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Erick Berville 20/11/2018 10:47

Salut les camarades, un article intéressant du FSC