Déraillement du TGV Colmar- Paris : le témoignage d'un passager

Publié le par FSC

On attend que les médias système relaient cette information et rendent l'hommage qui est dû à tous ces intervenants, le conducteur SNCF en tête.

ça nous changerait du " cheminot bashing " comme on dit en franglais en particulier dans les périodes de lutte et des micro-trottoirs sur les quais à la quête d'usagers " en colère" !

_________________________

                                                                                                                                                                                                                                                                           

UN TÉMOIGNAGE ÉDIFIANT :

Paroles de Christophe R., un passager du TGV Colmar-Paris N° 2350 qui a déraillé le jeudi 05 mars 2020 vers 07h30 à Ingenheim :

« Passager du TGV 2350 ayant déraillé ce 5 mars 2020 à 270 km/h à Ingenheim, près de Saverne, je souhaite apporter mon témoignage et mettre en lumière deux éléments qui me semblent essentiels :

1) Le premier est l’incroyable chaîne humaine - physique et non pas virtuelle ! - du dispositif qui s’est immédiatement mise en place. En un peu moins d’un quart d’heure les premiers secours furent présents afin de prendre en charge les blessés et de définitivement rassurer et sécuriser l’ensemble des passagers. Des pompiers, du SDIS, jusqu’aux bénévoles de la Sécurité Civile, en passant par la cellule d’urgence médico-psychologique, les services de gendarmerie et les membres de la SNCF (et j’en oublie surement), tous ont été bienveillants, transparents et réconfortants, permettant aux passagers de digérer les événements et d’envisager sereinement leur évacuation. Au total les quelques 350 passagers du train ont eu à faire à pas moins de 350 intervenants, et ce en l’espace d’une poignée d’heures. On est certes dans une situation extrême mais c’est incroyablement rassurant de prendre conscience que nos services sont si bien organisés.

2) Le second est l’exceptionnel comportement des cheminots, de notre héroïque conducteur et plus généralement du personnel de la SNCF. A tord fustigés par certains sur un autre sujet d’actualité, ils ont fait preuve d’un sens du devoir et d’une conscience professionnelle admirables. Que ce soit à notre arrivée en gare de Strasbourg où le personnel était présent, disponible pour nos moindres soucis ou plus encore dans le train où, dans la minute suivant l’arrêt du TGV, des cheminots passagers ont endossé leurs chasubles et ont porté secours, sécurisé, rassuré, informé. Ce mouvement a été instinctif, prouvant s’il en était besoin leur fierté d’appartenir à cette entité. Soyons à notre tour fier d’eux, de ce service public que nous devons en retour défendre et soutenir dans ses combats.

En tout cas, moi je suis fier d’eux, tout comme je suis fier de payer des impôts… »

Christophe R.
Passager du TGV N° 2350
du jeudi 05 mars 2020.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article