Cuba solidarité !

Publié le par FSC

 

logo-FSC.jpg

 

Cuba solidarité !

 

Notre pays, ses institutions, ses élus s'enorgueillissent d'être la patrie des Droits de l'Homme et les exemples ne manquent pas qui illustrent, en particulier de la part du peuple, l'attachement aux valeurs liées à cette exigence et à cette revendication.

Quoiqu'en disent les libéraux et les sociaux-démocrates, les communistes, pour leur part dans les campagnes pour Sacco et Vanzetti, Julius et Ethel Rosenberg en passant par Mandela (pour s'en tenir à ces célèbres exemples) ont apporté une forte et belle contribution aux grandes batailles internationales pour la justice et la liberté.

Mais au plan international, comme chez nous, cette exigence à vocation et prétention universelles -et davantage encore ces trente dernières années- est fortement marquée par une instrumentalisation visant à justifier le diktat des plus puissants et par le "deux poids, deux mesures" ôtant toute crédibilité à la sincérité de la démarche elle-même.

 

Les faibles et les résistants à l'ordre impérial sont cloués au pilori et désignés à la vindicte publique tandis que les puissants, leurs alliés et vassaux sont protégés par le silence complice des "élites" très soigneusement sélectionnées et régulièrement invitées sur les plateaux de télévision et des médias internationaux.

 

Dans l'immédiat, la situation de Cinq prisonniers politiques cubains détenus injustement aux USA comme le retrace dans le détail la lettre ouverte de Danielle BLEITRACH au maire de Paris (que nous joignons à notre courrier) illustre bien cette contradiction devenue insupportable à beaucoup de citoyens et de peuples.

 

Nous nous adressons à votre groupe parce que celui des élus communistes et parce au conseil municipal de la mairie de Paris.

Ainsi cette mairie, à partir du prestige et de la notoriété que confère le fait d'être la mairie de la capitale de la France, s'est illustrée à plusieurs reprises dans la défense des libertés et des Droits de l'Homme, comme dans l'exigence de libération de Florence AUBENAS ou d'Ingrid BETTANCOURT.

 

Mais force est de constater que ce "courage" et cette "audace" n'excèdent jamais les limites implicites fixées par les classes dominantes à ce qui appartient, ou pas, au correctement défendable, c'est-à-dire ce qui sert idéologiquement lesdites classes.

 

Ainsi, par exemple encore ne sont jamais évoquées la détention depuis plus de cinq ans, en Israël, de l'étudiant Salah HAMOURI ou celle du journaliste américain Mumia Abu-Jamal, en prison à Philadelphie (USA) depuis 28 ans!

 

Et celle des "Cinq de Cuba" au moment où le gouvernement cubain vient une fois de plus, de faire montre de son évidente volonté d'un dialogue vrai.

 

C'est pourquoi nous sollicitons votre intervention auprès du Maire et du Conseil de Paris en suggérant que la façade de l'Hôtel de Ville serve à nouveau de support à la popularisation d'une injustice flagrante, bien que niée, en accueillant les portraits des "Cinq de Cuba".

En espérant qu'il sera donné suite à notre démarche, veuillez agréer chers camarades nos salutations militantes.

 

                                                                   Le Front Syndical de Classe


PS

Dans les jours et semaines qui viennent notre intention est d'élargir la démarche à l'ensemble des associations œuvrant pour la solidarité avec Cuba et de déboucher sur une campagne nationale de signatures.

Correspondance avec le FSC sur cette question :

gilbert.rodrigue@gmail.com

Adresse de la lettre ouverte de Danielle BLEITRACH au maire de Paris, du 9 juillet dernier :

http://socio13.wordpress.com/2010/07/09/a-propos-de-la-liberation-de-vrais-espions-et-de-faux-prisonniers-politiques-par-danielle-bleitrach/

 

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jacques MILHAS 19/08/2010 10:54


Cuba Si France s'est inscrite depuis longtemps dans cette démarche et est bien sur favorable à toute action qui pourrait renforcer notre action pour obtenir la libération de nos 5 héros cubains.