Solidarité de classe avec le peuple Grec Défendons-nous nous-mêmes en défendant les travailleurs grecs

Publié le par FSC

logo-FSC.jpg

Communiqué du Front Syndical de Classe

 

 

Le peuple grec et sa classe ouvrière sont victimes d'un gigantesque racket de la part de l'UE, du FMI, du gouvernement et du grand Capital.

Pour soutenir le profit des grands monopoles privés, ce gang mène partout et depuis des années des politiques anti-populaires qui ont débouché sur la crise capitaliste que nous connaissons actuellement, avec notamment pour conséquence des déficits publics creusés à coups de subventions pour le capital. Il se sert maintenant de sa crise et de ses déficits pour faire passer la Grèce sous le contrôle direct de l'UE et du FMI, pour lui « prêter » des milliards dont les intérêts vont enrichir les grands banques allemandes, françaises ou étatsuniennes, et pour imposer aux travailleurs grecs une terrible régression (baisses des salaires, augmentations des impôts et des prix, casse des retraites, fin de toute politique d’investissements nationaux, de financement de l’éducation, de la Recherche ...), au nom du remboursement de la « dette ».

 

Le peuple grec a raison de se révolter contre cette gigantesque opération de gangstérisme, de dire NON aux sacrifices pour la population, non à l'UE, au FMI et à leur prise de contrôle sur le pays !

Le Front Syndical de Classe salue les travailleurs grecs et en particulier le PAME qui, par ses positions de classe, joue un rôle central et unificateur dans la résistance populaire.

 

La situation grecque n'est pas isolée en Europe ; déjà les médias aux ordres se tournent vers le Portugal, l'Espagne, l'Irlande, l'Italie.... En France, tout ce que connaît notre pays de force réactionnaire utilise la situation grecque pour intimider le peuple et lui faire accepter le recul qu'exige le Medef, avec l'utilisation de pseudo-économistes, de « philosophes », éditorialistes d’autant plus à l’aise pour disserter sur les sacrifices populaires qu’ils sont grassement payés pour cela par les puissants.

 

En réalité, c’est une guerre qui est déclarée en Europe entre les forces du grand capital et les peuples. A la faveur de la crise capitaliste est planifié l'assaut final contre les acquis populaires qui restent encore en place après 25 années de politiques anti-populaires dans tous les pays. La Grèce est le banc d'essai de la liquidation de toutes les conquêtes sociales, de la mise sous tutelle d’un pays et de sa livraison totale aux intérêts privés.

 

On se demande dans ces conditions à quoi peut bien servir la Confédération Européenne des Syndicats qui depuis des années se proclame porte-parole des travailleurs européens et qui n'a su qu'accompagner tous les mauvais coups de Bruxelles et empêcher toute construction d'une Europe des Luttes !

 

La solidarité internationale avec le peuple grec et ses organisations de classe doit aujourd'hui prendre toutes les formes nécessaires : pétitions, rassemblements devant l'Ambassade de Grèce et les consulats, motions de soutien... Mais la meilleure solidarité que les travailleurs français peuvent développer est de suivre l'exemple grec et d'entrer eux-mêmes en lutte tous ensemble contre la même trinité UE-gouvernement-grand capital qui impose en France aussi une régression sans limite en se cachant derrière SES déficits pour justifier l'étranglement des salariés, tandis que les multinationales continuent d'accumuler les profits.

 

Soutien au peuple grec, au PAME et à ses grèves générales !

En France comme en Grèce, contre la casse des retraites, des services publics, de l'emploi, des salaires, contre les plans de « régression sociale», c'est tous ensemble en même temps à partir de nos luttes à la base que nous pourrons gagner contre le pouvoir patronal, comme en 36, 45, 68 ou 95 !

 

Front Syndical de Classe, 2 mai 2010

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article