Arabie saoudite : le paradis du terrorisme et de l'exploitation capitaliste

Publié le par FSC

Arabie saoudite : le paradis du terrorisme et de l'exploitation capitaliste

Source : le site Réveil Communiste

 

Après le calvaire des ouvriers sénégalais, ce sont 11.000 travailleurs Philippins et 8.000 travailleurs Pakistanais qui sont bloqués en Arabie Saoudite. Lorsque les groupes capitalistes de cette monarchie féodale n'ont plus besoin des ouvriers, ils arrêtent de les payer et les laissent livrés à eux-mêmes sans même leur donner les moyens de se nourrir et de rentrer chez eux. Si le régime saoudien diffuse une idéologie religieuse des plus obscurantistes, la réalité reste avant tout celle du capitalisme, un paradis pour les chefs féodaux et gros bourgeois ; un enfer pour les prolétaires.

 

Quelque 11.000 Philippins, travaillant pour la plupart dans le secteur du bâtiment sont bloqués en Arabie Saoudite, certains parmi eux n’ayant pas perçu de salaire depuis des mois et n’ayant même pas de quoi se payer à manger.

« Leurs salaires n’ont pas été payés, certains depuis huit mois », a déclaré le chargé d’affaires de l’ambassade des Philippines à Ryadh, Iric Arribas, évoquant une « crise humanitaire ».

Ces travailleurs ne peuvent pas rentrer chez eux, l’autorisation de quitter le pays, payante de surcroît, leur étant indispensable pour le faire. De plus, nombre parmi eux n’ont même plus de permis de résidence en règle, dont le renouvellement est également payant.

Pour pouvoir faire face à cette crise, les autorités Saoudiennes avaient annoncé, début août, vouloir exempter le versement d’amendes d’expiration du permis de résidence, fournir une aide alimentaire et payer le prix des billets d’avion aux travailleurs Philippins désirant revenir dans leur pays. Mais aucune de ces mesures n’a encore commencée à être appliquée. (…)

Le quotidien Saudi Gazette faisait état, jeudi d’une autre rencontre entre un ministre Pakistanais et M. Haqbani au sujet d’au moins 8.000 travailleurs Pakistanais également bloqués en Arabie Saoudite pour des raisons similaires.

Commenter cet article