Wissous : grève au plus grand centre de tri postal de France!

Publié le par FSC

Wissous : grève au plus grand centre de tri postal de France!

Source : Le Parisien

Le plus grand centre de tri postal de France manque de bras. C’est en tout cas le message qu’ont tenté de faire passer ce mardi les syndicats CGT, CFDT, FO et SUD-PTT devant la plate-forme industrielle courrier (PIC) de Wissous. Les quatre organisations ont appelé à une grève de 24 heures pour dénoncer la situation des effectifs qui s’est « considérablement dégradée » depuis un an selon elles.

Ouverte en 2007, la PIC de Wissous emploie près d’un millier de salariés et traite plus de 7 millions de plis par tranche de 24 heures pour l’Essonne, le Val-de-Marne et les arrondissements du sud de Paris. Une énorme machine qui traverse sa première crise sociale en bientôt dix ans d’existence.

« Nous avertissons la Direction depuis un an sur le manque de moyens humains dont souffre le site, confie Alain Pilard, représentant CGT. Les tâches du personnel sont répétitives et sur avis des médecins de prévention, une rotation des postes doit être effectuée toutes les 3 heures environ. Or, l’emploi massif d’intérimaires non formés à tous les postes de la chaîne de tri empêche le bon déroulement de cette rotation. »

Ils manient une tonne de courrier à l’heure

Conséquence, selon les grévistes, une multiplication des traumatismes les plus divers qui touchent notamment le dos, les épaules et les poignets chez ces postiers qui soulèvent et déplacent des caisses de courrier de plusieurs kilos. « En moyenne, on porte l’équivalent d’une tonne par heure, enchaîne Jean-Paul Dessaux pour Sud-PTT. Les salariés les plus valides se trouvent sursollicités et en viennent eux aussi à souffrir des ces troubles. »

En novembre, cinq de ces intérimaires ont été recrutés en CDI. « Douze autres appels à candidature ont été effectués en interne, signale la direction de La Poste. L’activité courrier n’est pas la même tout au long de l’année. L’emploi d’intérimaires est destiné à amortir les périodes de plus forte activité. »

Un argument balayé par les grévistes. « La Poste a recours aux intérimaires pour couvrir l’emploi stable, coupe l’un d’entre eux. Une PIC ne gère pas les colis et les variations d’activité ne sont pas énormes. » Selon FO, il manquerait cinquante personnes sur le site de Wissous qui intégrera le 21 novembre l’activité du centre de tri de Paris Bonvin après celle de Créteil il y a un an.

Les syndicats annoncent « 70 % de grévistes » ce mardi. La direction, elle, avance le chiffre de 23 % « sur l’ensemble des personnels de la plate-forme sur 24 heures » et assure que cette grève n’aura qu’un impact « minime » sur la distribution du courrier.

« Des douleurs dans le dos et aux épaules »

Michel, salarié à la plate-forme de Wissous

Affecté plusieurs années au service collecte, Michel, 53 ans, a rejoint la PIC de Wissous il y a un an. « Je travaille le plus souvent sur une machine qui traite le courrier petit format, déclare cet habitant de Verrières-le-Buisson. Les plis arrivent dans des caisses de 5 à 7 kg. Il faut les soulever jusqu’au tapis et ensuite en sortir les lettres pour les déposer sur le tapis de tri. Un outil pneumatique est à disposition pour rendre la charge moins lourde. Tout le monde ne l’utilise pas. Après ce premier tri, il faut recommencer la manœuvre pour un second tri plus fin. La rotation dure quatre heures et entraîne des douleurs dans le dos et aux épaules. J’ai la chance d’être ambidextre et donc de pouvoir alterner mes prises pour déplacer les caisses. En quatre heures, je manipule près de 200 caisses. »

Commenter cet article