La casse du fret ferroviaire : un « crime » écologique et social

Publié le par FSC

Source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/casse-fret-ferroviaire-crime-ecologique-social-film-video-merci-de-partager/?pk_campaign=feed&pk_kwd=casse-fret-ferroviaire-crime-ecologique-social-film-video-merci-de-partager

Commandé par le Comité d’Entreprise SNCF Nord-Pas-de-Calais – un documentaire largement reconnu puisqu’il a depuis fait l’objet d’une large reprise par l’émission « Envoyé Spécial » d’Elise Lucet –  un autre comité d’entreprise cheminot, celui de FRET SNCF, a demandé au réalisateur de réaliser un film sur l’état du transport de marchandises en France en 2016.

Qui mieux que Gille Balbastre, fils d’un cheminot en poste durant toute sa carrière en gare de triage, journaliste et réalisateur « spécialisé » dans le domaine du travail, des services publics, de l’économie, aurait pu traiter de ce sujet  ?  Car Gilles Balbastre, l’un des réalisateurs de l’excellent « les nouveaux chiens de garde » mais également de « EDF, les apprentis sorciers » sait mettre en image les réalités complexes et les résultats des vagues de privatisations de nos services publics. Résultat un film brillant, didactique et qui devrait marquer les consciences. De l’aveu même du réalisateur qui savait que le fret ferroviaire n’était pas en forme, son enquête montre une réalité encore pire. C’est ce désastre que le film mais en évidence, montrant à chacun  l’étendue des dégâts et de la rapidité de la casse dont les chiffres pour ahurissants qu’ils sont ne suffisent pas à décrire l’ampleur : 85% des marchandises passent désormais par la route, à peine 10% par le rail. La part du rail a été divisée par trois en une quinzaine d’années seulement.

Pourtant, les cheminots tirent le signal d’alarme depuis des années. Mais les médias du système préfèrent traiter de sujet plus importants comme la folie Pokemon et les frasques de Benzema ou de Nabilla… Il faut dire que la destruction du fret ferroviaire ( comme du fluvial d’ailleurs) relève d’une politique organisée, notamment par  l’euro- libéralisation du secteur, ainsi que le dumping social permis par l’Union Européenne.

Les principales leçons que l’on peut tirer après avoir fait et vu ce film sont :

1 – des choix économiques et écologiques d’importance sont faits dans notre pays dans une absence totale de débat public et dans un silence médiatique assourdissant,

2- la parole des salariés, des élus salariés et des syndicalistes est d’une très grande richesse quand on prend le temps d’aller la chercher et de la restituer.

A l’aube d’une campagne présidentielle et législative qui s’annonce plus glauque et réactionnaire que jamais, il faut rendre grâce à un comité d’entreprise comme celui de SNCF Fret dirigé par des syndicats combatifs de créer un espace de liberté pour une information non polluée.

Pour visionner le film :

Commenter cet article