GRECE : le droit de grève directement attaqué ! TSIPRAS réprime la résistance !

Publié le par FSC

La Fédération Syndical Mondiale exprime sa solidarité avec la Classe Ouvrière de Grèce qui manifeste aujourd’hui contre le gouvernement de SYRIZA – ANEL qui a soumis aujourd’hui au Parlement un Projet de Loi qui porte coup au droit à la grève.

Le gouvernement qui est un gouvernement de coalition de SYRIZA « gauchiste » et d’ ANEL, parti de droite, raciste et nationaliste, et lequel selon les dernières élections politiques gouverne avec 20% de l’électoral, par le Projet de Loi qu’il a soumis demande le 50% des membres d’une organisation syndical pour annoncer une grève légale!!!

SYRIZA – ANEL gouvernent avec 20% mais ils exigent 50% pour l’annonce de grève!!!

Pour ces politiques anti-ouvrières le gouvernement de coalition SYRIZA – ANEL a reçu pour encore une fois les félicitations de la Troïka, du FMI, de l’Union Européenne et des Capitalistes Grecs.

La Fédération Syndicale Mondiale soutien les manifestations militantes organisées aujourd’hui par PAME dans tous les villes de Grèce. Nous sommes aux côtés des tous les travailleurs qui vivent et luttent contre les politiques antisyndicales et anti-démocratiques du Gouvernement grec.

Nous joignons notre voix à celle de tous les syndicats qui réagissent contre l’empêchement du droit à la grève. Le droit des travailleurs à la grève est une arme sacrée. Il est un acquis de la Classe Ouvrière Mondiale pour lequel les travailleurs ont versé leur sang dans tous les coins du monde.

De nos jours où le système capitaliste est pourri, la bourgeoisie internationale avec la nomenclature des Organisations Internationales et la complicité des directions syndicales réformistes ont ouvert une discussion au sein de l’Organisation Internationale du Travail visant à l’abolition du droit de Grève.

Le gouvernement Grec est parmi les premiers à se soumettre et à se rallier à ces projets. À montrer le chemin à tous les gouvernements capitalistes.

Nous appelons les membres de la FSM, tous les syndicats militants à exprimer activement leurs solidarité avec PAME et tous les travailleurs de Grèce, en exigeant le retrait de ce projet de loi sale et anti-ouvrier. Cette lutte nous concerne TOUS.

Aucun gouvernement n’effacera d’un trait de plume ce qu’on a gagné avec du sang.

LE SECRÉTARIAT

***************

SOURCE :

http://syndicollectif.fr/limitation-du-droit-de-greve-en-grece/

 

TSIPRAS VEUT LIMITER LE DROIT DE GRÈVE !

C’est par surprise avec le dépôt de 3 amendements non prévus à l’Assemblée hier, que TSIPRAS souhaitait limiter le droit de grève des syndicats et a ainsi mis le feu aux poudres. Immédiatement les syndicats ADEDY, PAME et de nombreux syndicats de base ont appelé à une riposte massive ce matin . À midi, le rassemblement prévu place Klafthmonos, comptait des centaines de manifestants, en colère et très déterminés. Ils ont marché vers le Ministère du Travail où ils se sont attaqués au système de fermeture et ont réussi à envahir le hall du ministère! Les affrontements avec les forces de police ont été très violents ( cf Vidéos) D’autres manifestants ont tenté alors de se rendre chez le Premier Ministre, violemment reçus par les forces anti émeute à coups de matraques et de gaz!
 

La manifestation a continué vers le Parlement où des étudiants et des syndicats de base ont tenté de déborder les policiers de garde et de rentrer dans l’Assemblée ( cf Vidéo). La police a là aussi riposté violemment avec une pluie de gaz lacrymogènes! Ces amendements limitant le droit de grève ont rendu furieux les syndicalistes: selon la nouvelle loi il faudrait 50% + 1 des votes pour qu’un syndicat puisse déclencher une grève. La loi actuelle dit que seulement 20% des membres du syndicat sont nécessaires pour décider d’aller en grève. La confusion a régné dans les rangs des députés et du gouvernement avec une forte pression de la droite de ND sur Syriza… au point qu’on parlait de retrait des textes incriminés ce matin dans les couloirs du Parlement. Cependant, se débarrasser de la restriction de grève 50 + 1 n’est pas facile car le gouvernement grec en a déjà fait part à Bruxelles… Les syndicats du secteur public et privé ont annoncé une grève générale de 24 heures le 14 décembre 2017.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Quand on a trahi une fois, et qu'en plus on a pu ainsi rester au pouvoir......
Répondre