LA Fédération Internationale des Résistants : rejette la récente résolution du Parlement européen qui assimile et condamne le fascisme et le communisme nazis !

Publié le par FSC

SOURCE :

 

Le 19 septembre 2019, le Parlement de l’UE à Strasbourg a adopté une résolution qui traiterait de l’ importance du passé européen (ou de la conscience historique européenne) pour l’avenir de l’Europe . 535 députés ont voté pour cette résolution, 66 contre et 52 abstentions.

La FIR et ses fédérations membres ne peuvent en aucun cas souscrire à cette résolution. Le texte de la déclaration ne montre pas l’avenir de l’Europe, mais constitue une rechute idéologique dans les pires moments de la guerre froide, qui sont exprimés dans cette résolution, prise à l’initiative des États baltes et de la Pologne. Contrairement à toutes les découvertes scientifiques, il est affirmé ici que ce n’est qu’avec le Traité de non-agression entre l’Union soviétique et l’Allemagne nazie que «la voie à suivre était celle de la Seconde Guerre mondiale ».

La reconstruction des événements qui ont conduit à la Seconde Guerre mondiale témùoigne d’un esprit étroit, lâche, instrumentalisant et n’a aucune base scientifique: on peut lui faire unl reproche essentiel. Il relie les oppresseurs et les opprimés, les victimes et les meurtriers, les envahisseurs et les libérateurs. La résolution est un texte de propagande idéologique grossière, digne des pires moments de la guerre froide .

La déclaration dans la résolution est «perverse, elle est d’ une importance vitale pour l’unité de l’Europe et de ses citoyens et pour le renforcement de la résilience de l’Europe face aux menaces extérieures modernes ». Quelle est la menace extérieure actuelle dont parlent les parlementaires?

La déclaration est la preuve d’un nouveau révisionnisme historique. Alors que les membres du Parlement Européen condamnent dans certains États membres la glorification des personnes qui ont collaboré avec les nationaux-socialistes, ils ont en même temps adopté le récit historique de ces mêmes États, selon lequel la Russie falsifierait des faits historiques et dissimulerait les « crimes commis par le régime totalitaire soviétique « .

La FIR et toutes les fédérations de survivants de la persécution fasciste, les combattants de la barbarie nazie et tous les antifascistes disent non à de telles falsifications historiques. Alors qu’il existe un danger croissant de fascisme, de racisme et de nationalisme, la résolution choisit une voie de division qui divise plutôt qu’une unité responsable et rigoureuse. la FIR appelle le Parlement européen à transmettre, afin de protéger et de confirmer sa propre autorité et sa crédibilité, le signe clair d’une refonte radicale, à la suite des principes qui ont inspiré la création d’une Europe unie, fille de l’anti-fascisme et des femmes et des hommes qui se sont opposés aux régimes nazi-fascistes .
Nous rappelons pour cela le discours d’ouverture du nouveau président du parlement.

La FIR rejette la récente résolution du Parlement européen qui assimile et condamne le fascisme et le communisme nazis , ce qui contraste clairement avec sa résolution antifasciste, antinazie et antiraciste du 25 octobre 2018.

En outre, nous nous souvenons du prix Nobel de littérature Thomas Mann , qui avertissait en 1945:

« Placer le communisme russe sur le même plan moral que le fascisme nazi, parce que tous deux sont totalitaires, est, au mieux, superficiel, au pire est le fascisme.
Celui qui insiste sur cette égalité peut être un démocrate; en vérité et dans son cœur, il est déjà fasciste et combattra sûrement le fascisme avec insincérité et  en apparence, mais avec haine totale uniquement contre le communisme
 ».

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
W
Enorme faute de traduction: il convient d'écrire: "le fascisme nazi et le communisme".
Répondre
F
Eh oui! Comme quoi il faut se relire.