COMMENT ILS ONT BRADÉ LA FRANCE, l’énergie nucléaire comme le reste…

Publié le par FSC

SOURCE : Le site Histoire et société
La France se prépare à des coupures d’électricité tournantes en janvier. Voilà comment le reste du monde nous juge, faute d’un parti capable de se battre, faute d’un parti digne de ce nom, un parti qui ne soit plus manœuvres électoralistes de sommet, mais qui s’ancre dans notre peuple, ce parti que nous avons cru voir renaitre au 38e congrès, et qui est aujourd’hui menacé une fois de plus parce qu’il n’ose pas se battre avec des élus corrompus, est-ce que nous aurons la force de le faire naitre? L’enjeu est là, voilà comment nous avons laissé brader notre patrimoine, de Mitterrand à Macron pas, qu’ils soient de droite ou socialistes il n’y en a pas eu un pour sauver l’autre parce que tous ont suivi la finance. S’il n’y a pas une CGT combative, un parti communiste clair dans ses choix, si nous laissons l’OTAN, et des élus capables de donner à ces gens-là en notre nom un blanc seing pour faire la guerre, pour achever de nous ruiner ce sera fini non seulement pour le PCF mais pour la France. (note de Danielle Bleitrach dans histoire et societe)

URGENCE HIVERNALE EN EUROPE

L’arrêt de nombreux réacteurs nucléaires affectera l’approvisionnement aux heures de pointe

Belfort (France), 18/01/2022.- Français Le président Emmanuel Macron s’entretient avec des responsables et des travailleurs lors de sa visite du site de production principal de GE Steam Power System pour ses systèmes de turbines nucléaires à Belfort, dans l’est de la France, le 10 février 2022. Français président Emmanuel Macron doit dévoiler des plans pour construire de nouveaux réacteurs nucléaires dans le pays dans le cadre de sa stratégie énergétique visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. (France) EFE/EPA/Jean-Francois Badias / POOL POOL PHOTO MAXPPP OUT
Le président Emmanuel Macron a expliqué en février dans une usine de turbines nucléaires les plans pour le secteur de la France. Jean-François Badias/EFE
La France se prépare à des coupures d’électricité tournantes en janvier

EUSEBIO VAL

PARIS. CORRESPONDANT04/12/2022 00:0529

La France se prépare à un scénario inhabituel, indigne de la sixième économie mondiale et d’un pays qui s’enorgueillissait jusqu’à très récemment de la souveraineté énergétique apportée par son puissant secteur nucléaire. Le gouvernement a élaboré des plans pour des coupures d’électricité temporaires et tournantes aux heures de pointe en janvier prochain, si les circonstances l’exigent.

Les difficultés françaises n’ont pratiquement rien à voir avec la guerre en Ukraine, ce qui rend la situation encore plus grave. La pénurie actuelle est due au manque de prévoyance et au vieillissement de ses réacteurs nucléaires. Beaucoup d’entre eux ont des problèmes de corrosion et des fissures dans leurs structures. Les travaux de réparation ont été retardés, en partie à cause d’une récente grève des techniciens. Samedi, 19 réacteurs ont été arrêtés sur un total de 56.

 

Comme indiqué aux préfets des départements, des coupures de courant peuvent survenir en semaine entre 8 heures et 13 heures et entre 18 heures et 20 heures. En principe, ils devraient être limités à deux heures. N’importe quelle partie du territoire métropolitain peut en souffrir, mais il n’y aura pas deux phases de coupe dans une zone le même jour. L’île de Corse, qui dispose d’un approvisionnement indépendant, sera épargnée. Vendredi prochain, le 9 décembre, une simulation sera effectuée pour ajuster techniquement toutes les procédures.

Macron a voulu rassurer le public hier. Dans une interview accordée à la chaîne TF1, le président de la République a déclaré qu’il n’y avait pas lieu de paniquer et que, s’il y avait suffisamment d’économies de consommation, les coupes pouvaient être évitées.

Les installations vitales telles que les hôpitaux, les casernes de pompiers, la police et d’autres auront un approvisionnement garanti. La population sera alertée trois jours avant de la possibilité d’une panne dans leur région via l’application EcoWatt, les messages mobiles et les médias. Vingt-quatre heures avant il y aura une confirmation et des données plus concrètes.

Le problème a été le retard dans la réparation des vieilles centrales nucléaires et non la guerre en Ukraine.

Tant que dure la panne, il est très probable que ni la ligne fixe, ni le téléphone mobile, ni Internet ne fonctionneront, malgré le fait que les batteries des téléphones mobiles et des ordinateurs sont chargées. La raison en est que les antennes qui distribuent le signal sont alimentées à l’électricité et ne sont pas considérées comme des installations vitales, de sorte qu’elles peuvent tomber en panne. Les écoles où la coupe est prévue seront fermées, pour des raisons de sécurité.

La simple annonce des mesures, rapportée en détail par la presse, a déjà créé de l’anxiété chez les citoyens. On s’inquiète des ascenseurs, des portes automatiques, des guichets automatiques et d’autres éléments de la vie quotidienne qui sont tenus pour acquis et qui, sans électricité, resteront inopérants. Il n’est même pas garanti de pouvoir appeler les numéros d’urgence. Le 112 est le plus fiable, mais on pense qu’il y aura des zones manquant de couverture.

L’inquiétude est particulièrement grande pour les patients hospitalisés à domicile – environ 5 000 en France – dont beaucoup dépendent d’appareils tels que des ventilateurs. On envisage de les emmener temporairement à l’hôpital dans certains cas, ou de leur fournir des batteries ou des générateurs, mais ils devront d’abord être testés. En ce qui concerne les magasins et les supermarchés, la réduction maximale de deux heures ne devrait pas affecter la chaîne du froid des produits surgelés. Certains bars et restaurants peuvent décider de fermer le jour de la panne.

Pendant les pannes d’électricité, il est très probable que ni Internet ni le réseau de téléphonie fixe ou mobile ne fonctionneront

La perspective de compressions nuit à l’estime de soi française. « La France, sur le terrain », titrait son éditorial dans le quotidien conservateur Le Figaro, qui a qualifié de « scandaleuse » une situation « qui en dit long sur l’état de notre pays ». D’autres parlent de « confinement énergétique » et même des « années 1940 de l’énergie », établissant un parallèle avec l’invasion allemande de la Seconde Guerre mondiale, le moment le plus sombre de l’histoire de France.

C’est un paradoxe, en effet, que la crise en France coïncide ainsi avec la crise engendrée par l’invasion russe de l’Ukraine. Elle aurait pu être une oasis énergétique grâce à son parc nucléaire, mais ce n’est pas le cas. Elle importe plus que jamais de l’électricité et continuera de le faire au cours des prochains mois. Le président de la société RTE, responsable du transport d’électricité, Xavier Piechaczyk, a confirmé que la France achetait de l’électricité à l’Espagne, à l’Allemagne, au Royaume-Uni et au Benelux. Cependant, la capacité d’importation n’est que de 15 gigawatts par rapport à une consommation de pointe prévue de 90 gigawatts pendant les mois les plus froids.

Les misères d’aujourd’hui s’expliquent par le manque d’investissement et la mauvaise gestion des entreprises – du géant Électricité de France (EDF), aujourd’hui entièrement nationalisé – et des gouvernements successifs de différentes couleurs. L’objectif jusqu’à il y a quelques années était de réduire la dépendance nucléaire, mais maintenant il a été inversé. La rénovation du parc de la centrale avec des réacteurs modernes et efficaces prendra de nombreuses années. C’est un défi industriel, pas seulement économique. Des milliers d’ingénieurs et de techniciens manquent à l’appel parce que pendant longtemps le secteur a cessé d’être attractif. Il a souffert de la stigmatisation d’une technologie dangereuse et contraire à l’éthique. Combler ce déficit de personnel ne s’improvise pas.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Et si tous ceux, manipulés par les médias du pouvoir qui hurlent à la prise d otage lors des grèves à EDF sonnaient la révolte contre ce pouvoir massacreur de nos services publics qui va les priver d électricité pour une durée plus longue qu une simple grève ?
Répondre