Congés payés : quand Le Figaro et le comité des Forges tournaient leur regard vers Hitler!

Publié le par FSC

Congés payés : quand Le Figaro et le comité des Forges tournaient leur regard vers Hitler!

Aujourd'hui les héritiers du Figaro de 1936 "se contentent" de tirer à boulets rouges sur les galeux de grévistes, ces bloqueurs invétérés et de mettre en valeur les casseurs au détriment de la masse des manifestants pacifiques;

En quelque sorte une autre manière de mentir à l'opinion.

La continuité du Figaro et de la grande presse en général aux mains de quelques milliardaires c'est leur haine de classe contre les travailleurs qui les conduit à tourner le dos à la démocratie et à justifier toutes les manipulations comme celles auxquelles nous assistons en ce moment!

______________________________

Source des citations :

https://www.facebook.com/daniel.sondagromancier/posts/318332501693837

Et l'article sur Initiative Communiste l'article de Yves Letoureur :

http://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/congs-pays-par-yves-letourneur-80me-anniversaire-du-front-populaire/

___________________________________

1936

 

Entrée en vigueur le 31 mai, la loi sur les congés payés s'applique à partir du 2 juin 1936 en France, comme en Belgique.

Jusque-là, si le patron prenait des congés, il fermait l'entreprise et plaçait son personnel en chômage technique sans salaire. Dorénavant ceux qui peuvent compter un an dans l'entreprise (du 1er juin de l'année précédente), obtiennent automatiquement les congés payés. Pour certains ouvriers ce sont les premières vacances qu'ils prennent de leur vie.

La Fédération des Industries publie des pleines pages de publicité contre cette loi « communiste », qui marque

« le début d'une catastrophe économique sans précédent pour la France. Les congés payés feront plus de dégâts à l'industrie et l'artisanat que les destructions de la Grande Guerre. Dans trois ans, la France sera ruinée ! ».

 

Saint-Sauveur, du Comité des Forges écrit dans Le Figaro :

« Nous devons tourner nos regards vers l'Allemagne de Monsieur Hitler, vers l'Italie de Mussolini pour voir comment il faut traiter la question sociale. »

Trois ans plus tard, la France était en effet ruinée, pas à cause des congés payés, mais d'Hitler et Mussolini.

 

 

Commenter cet article