L'eau, un bien public à soustraire aux appétits des prédateurs privés et des institutions européennes à leur service !

Publié le par FSC

Jusqu'à la dernière goutte

Les guerres secrètes de l'eau en Europe

Un film documentaire diffusé hier au soir sur Arte de 58 minutes.

Film de Yorgos Avgeropoulos, Grèce 2017.

Précision : le documentaire a été diffusé hier au soir à l'heure où 95% des français dialoguent avec Morphée dans un sommeil réparateur préventif à la journée de travail du lendemain.

Illustration d'exemples fournis dans ce documentaire :

Les partenariats public/privé

Le cas du Portugal :

Le maire de Barcelos (120.000 habitants) au milieu des années 2000 la ville signe un contrat de concession des services d'eau à un consortium de sociétés dont une multinationale espagnole actionnaire principal.

Le PDG espagnol :

"Le contrat signé stipule que si la consommation est moindre de l'ordre de 20% , l'entreprise est en droit d'exiger un rééquilibrage financier. Si la municipalité m'affirme que j'aurai 20.000 clients et que je les ai, et qu'elle me certifie que ces 20.000 clients vont consommer 1 million de m3 d'eau, et qu'ils n'en consomment finalement que 500.000, alors en effet  je suis en droit de demander un dédommagement"

S'instaure alors une perpétuelle situation de rééquilibrage financier.

Les objectifs garantis au concessionnaire n'étant pas réalisés. En 2010 le nouveau maire de Barcelos protestant contre ces conditions léonines, la société concessionnaire réclame des dommages et intérêts auprès du tribunal d'arbitrage (modèle Bernard Tapie et accords de libre échange) .

La municipalité est condamnée à verser la somme de 172 millions d'euros !!!! il y faudrait 528 ans !!!

 

Le rôle de la banque Centrale Européenne :

En 2011, le lendemain même du referendum battant Berlusconi dans sa volonté de privatiser les régies municipales à 95% l'ancien (Trichet) et Draghi l'actuel président de la BCE adressent une lettre confidentielle à Berlusconi.

En précisant ce qu'ils attendent de l'Italie : des réformes structurelles dans l'intérêt de la concurrence ..., parmi lesquelles la totale libéralisation des services publics par des privatisations massives 

 

 

 

 

 

Le rôle de la Commission et de l'Union européenne :

Dans la même affaire italienne la Commission européenne prend le relais de la BCE et malgré le verdict sans appel du referendum italien s'adresse aux autorités italiennes en leur demandant ce qu'elles comptent faire MALGRÉ, MALGRÉ le résultat du referendum !!

 

Macron en visite officielle à Athènes le 8 septembre dernier

Il est reçu par Alexis Tsipras et accompagné de 40 chefs d'entreprises souhaitant participer au programme grec de privatisations imposées par la Troïka !!!

Parmi les chefs d'entreprise français, Jean-Louis Chaussade, président directeur général de Suez se dit intéressé par les compagnies d'eau grecques.

privatisations imposées par les créanciers, l'UE obligation pour la Grèce de transférer tous les biens du secteur public au super fond de privatisation, nouvelle société anonyme fondée pour une durée de près de 99 ans.

L'opération étant cependant bloquée par une décision du Conseil d'état consécutive aux manifestations populaires!

Et en effet, 

Tous les referendum organisés (Irlande, Italie, Allemagne ont donné d'écrasantes majorités populaires au maintien ou à l'établissement de régies publiques

Et très souvent ont infligé des défaites aux multinationales, à la banque Centrale européenne et à la Commisssion européenne comme en Irlande où la tentative d'imposer des compteurs s'est heurté à une puissante résistance de la population.

Preuve que lorsque les peuples sont décidés à défendre leurs intérêts, identifient leurs ennemis et sont capables de se rassembler ... alors l'issue est victorieuse!

Mais au-delà de ces exemples le documentaire est riche d'autres informations et révélations sur le rôle de l'oligarchie, de ses multinationales, des hommes politiques à leur service.

Bonne visualisation donc  à l'adresse :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article