L’impasse de la conférence sociale

Publié le par FSC

La déclaration faite par T. Lepaon en ouverture de la conférence porte la marque des contradictions dans lesquelles se trouve la direction confédérale.

 D’un côté il faut tenir compte du fort mécontentement et de la volonté de lutte qui monte des  syndicats et Unions locales, des bases de la CGT comme en atteste l’appel de la CGT Renault Cléon à une action nationale pouvant aller jusqu’au blocage économique du pays afin de s’opposer aux contre-réformes prévues. Et l’on a même timidement l’appel à 4 meetings de rentrée et à une journée nationale interprofessionnelle dans la première quinzaine de septembre.

 De l’autre côté la direction confédérale reste embourbée dans les orientations de ces 20 dernières années :

-  illusion de l’Europe sociale  qui se manifeste par un appel à "développer une nouvelle stratégie européenne basée sur la création d’emplois de qualité pour relancer la croissance " comme si le rôle de l’UE n’était pas justement d’imposer en Europe les politiques d’austérité et de régression sociale au profit des classes dominantes.
L’Europe sociale ce sont les ouvriers portugais sur un chantier de Clermont-Ferrand, payés 2,86 euros de l'heure, de Bulgares et Roumains rémunérés entre 3 et 7 euros de l'heure dans les abattoirs allemands.

Et tout cela n’est "réformable" que par la sortie de l’Union européenne et la mise en œuvre de véritables politiques de coopération à l’opposé total de la "concurrence libre et non-faussée  et du dumping social consubstantiel à l’UE !"

 -  illusion du syndicalisme rassemblé et de la possible unité avec la direction de la CFDT.

Comme s’il n’était pas évident en particulier depuis la signature de l’accord sur la flexibilité du travail (ANI) que les dirigeants de la CFDT étaient fortement engagés dans l’accompagnement de la crise du capitalisme au profit du MEDEF et de la social-démocratie.
Et qu’ils vont poursuivre dans leur œuvre d’abandon (comme en 2003 et 2010) avec la contre-réforme prévue des retraites.

 Par conséquent pour s’opposer à ces contre-réformes et passer à la contre-offensive il n’y a pas d’autre choix que d’en appeler à la lucidité et à la combativité des travailleurs contre les pièges qui leur sont tendus.

 La récente expression des camarades de Renault Cléon dont la direction confédérale ne dit mot éclaire bien les enjeux de la période en proclamant de manière combative :

 

"Tout est à craindre de cette conférence sociale " et encore 

"C’est pas dans les salons qu’on obtiendra satisfaction, c’est par la grève, l’action, la mobilisation générale !"

 

                                                                                   Le Front Syndical de Classe

 

                                                                                  21 juin 2013

Publié dans RETRAITES_2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

faroppa andre 22/06/2013 12:04

La défense des droits des travailleurs passe par la révolte interne qui doit s'opérer dans la CGT, les UL les UD doivent collaborer pour un appel à la révolte des travailleurs, les syndicats CGT de
france doivent faire bloc contre les attaques gouvernementales et patronales, rapidement en s'unissant dans les luttes sur le long terme
UNE LUTTE DE CLASSE ET DE MASSE